Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - Le combat de la famille d'Émeline, morte à la maternité de la clinique Navarre à Pau

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Une gynécologue de la clinique Navarre va être jugée ce jeudi à Pau pour le décès d'une patiente et de son bébé en juin 2012. La famille d'Émeline Perfeito s'est battue pour obtenir, huit ans après, ce procès pénal pour homicide involontaire.

La maman d'Emeline Perfeito, Bernadette Garcia
La maman d'Emeline Perfeito, Bernadette Garcia © Radio France - Daniel Corsand

Émeline Perfeito, 24 ans, était admise à la clinique Navarre à Pau en juin 2012 pour de violentes douleurs au ventre. Sa grossesse est avancée et la gynécologue pensait que qu'il s'agissait des contractions. En réalité, la jeune femme souffrait d'une occlusion intestinale. Elle va perdre son bébé avant de mourir à la clinique. Depuis ce drame, les parents et le frère d'Émeline se battent pour obtenir le procès qui se tient ce jeudi. La gynécologue va être jugée pour homicide involontaire. 

Très longue procédure

Dans un premier temps la justice a prononcé un non lieu. Au début de l’enquête, un expert judiciaire a parlé d'une "erreur de diagnostic flagrante". Mais cet avis a été contredit par deux autres experts. C'est ce qui a poussé la juge d'instruction à prononcer ce non lieu. La famille va faire appel de ce non lieu, et la cour d'appel lui donne raison et considère qu'il doit y avoir un procès. La médecin va saisir la cour de cassation qui va rejeter sa requête : huit ans après, l'audience peut avoir lieu. Elle débutera ce jeudi à 13h45 au palais de justice de Pau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess