Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Attaque violente" ou simples "jets de pétards", que s'est-il passé au commissariat de Val-de-Reuil ?

Le syndicat Alliance parle "d'attaque violente" au commissariat de Val-de-Reuil dans la nuit du jeudi 27 juin au vendredi 28. Plusieurs individus s'en sont pris à l'établissement. Le maire, plus nuancé, accuse les syndicats de faire passer leurs revendications au détriment de la réalité.

Le commissariat de Val-de-Reuil, dans l'Eure.
Le commissariat de Val-de-Reuil, dans l'Eure. - Capture d'écran Google Street Views

La scène se déroule, dans la nuit de jeudi à vendredi, devant le commissariat de Val-de-Reuil, dans l'Eure. Plusieurs individus, "entre 30 et 40" selon Fabrice Gion, délégué du syndicat Alliance à Vernon, s'en prennent à l'établissement à coups de tirs de pétards mortiers. Une vitre du commissariat a été brisée selon le maire de la ville. 

Cette nuit-là, deux fonctionnaires en poste étaient à l'intérieur de l'établissement et ont dû rappeler les trois collègues en patrouille, pour mettre fin à cette attaque qui n'a fait aucun blessé. 

Treize départs de policiers pour zéro arrivée à Val-de-Reuil

Pour Fabrice Gion, c'est "un acte purement gratuit". Le syndicaliste chez Alliance dénonce une attaque "choquante" et réclame plus de moyens et d'effectifs la nuit à Val-de-Reuil.

Le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet conteste ce chiffre d'une trentaine de personnes, mais parle de "7 mômes, prudemment restés à 20 mètres du commissariat". Il nuance la version tenue par le syndicat, tout en affichant son soutien aux policiers. Pour lui, il s'agit d'une "affaire montée en épingle" : "Il y a un conflit syndical, il n'y a pas assez de policiers ici, une commission administrative paritaire a acté treize départs de policiers pour zéro arrivées, ce qui crée ce genre de situation." 

Ecoutez la réaction du maire de la commune, Marc-Antoine Jamet, joint par la rédaction : 

Marc-Antoine Jamet maire de Val-de-Reuil, nuance les propos du syndicat Alliance.

Une enquête est en cours pour tenter d'identifier tous ces individus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess