Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Le conducteur de la voiture folle à Nîmes est fonctionnaire et père de famille

vendredi 14 septembre 2018 à 14:46 - Mis à jour le vendredi 14 septembre 2018 à 17:03 Par Julie Munch, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

L'homme qui conduisait la voiture qui a foncé sur la terrasse d'un bar en pleine feria à Nîmes est fonctionnaire et père de famille. Les faits se sont produits dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 septembre. Deux personnes ont été légèrement blessées.

Le suspect a foncé dans les barrières anti-attentat situées devant un bar de Nîmes.
Le suspect a foncé dans les barrières anti-attentat situées devant un bar de Nîmes. © Radio France - Julie Munch

Nîmes, France

Selon les premiers éléments de l'enquête confiée au service régional de police judiciaire (SRPJ), l'homme qui a foncé dans la terrasse d'un café avec sa voiture vendredi 14 septembre à Nîmes est fonctionnaire et père de famille. Cet homme de 36 ans est marié et réside à Nîmes. Les enquêteurs ont trouvé plusieurs adresses à son nom, toutes dans les quartiers de l'est de la ville. 

Le suspect était déjà connu de la police

Ce Français n'était pas fiché S, mais il était déjà connu des services de police pour des délits mineurs comme des vols. La piste d'un acte terroriste n'est donc pas retenue. Lorsqu'il a été interpellé, le suspect tenait des propos incohérents et a été transporté au CHU de Nîmes. 

Des analyses sont en cours pour déterminer s'il était sous l'influence d'alcool ou de stupéfiants au moment des faits.