Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris-Clermont : le train ne s'est pas arrêté en gare de Nevers parce que le conducteur avait bu

Auvergne, France

Le train 5971 Paris-Clermont ne s'est pas arrêté à Nevers ce mercredi soir mais dans la gare suivante, celle de Saincaize. En cause, le conducteur du train qui a oublié de marquer l'arrêt. Il s'avère qu'il était fortement alcoolisé.

Un Intercités sur la quai de la gare de Saincaize.
Un Intercités sur la quai de la gare de Saincaize. © Radio France - Isabelle Gaudin

Ce mercredi, les voyageurs de l'Intercités Paris-Clermont 5971 en ont été quitte pour un bon retard, rien de vraiment surprenant sur cette ligne où le problème est fréquent. Ils avaient quitté la gare de Bercy à 16 heures et après un peu plus de deux heures de voyage, ils ont vu le train franchir la gare de Nevers et le pont sur la Loire, avant un arrêt imprévu en gare de Saincaize, une dizaine de kilomètres au sud de Nevers.

Le conducteur du train a oublié de marquer l'arrêt dans la préfecture de la Nièvre, un conducteur basé au dépôt de Paris. Les procédures de sécurité de la SNCF se sont mises en place, les signaux se sont mis au rouge, obligeant le train à stopper dans la gare suivante. Les voyageurs qui n'avaient pas pu descendre à Nevers ont pris un train qui retournait vers leur destination et les voyageurs pour Moulins, Vichy, Riom et Clermont ont été transbordés dans le Paris-Clermont suivant.

Le conducteur du train était fortement alcoolisé

Mais à la SNCF, on ne grille pas un arrêt impunément. Le cadre SNCF de service a immédiatement prévenu les pompiers et la gendarmerie. Le conducteur a été transporté à l'hôpital de Nevers où une prise de sang a été faite. La SNCF précise que le contrôle d'alcoolémie est positif, sans plus de précision. Selon Le Journal du Centre, le contrôle a révélé que le conducteur avait 3,34 grammes d'alcool dans le sang. Ceci même alors que les cheminots doivent respecter une tolérance zéro.

Il a donc été placé en garde à vue à la brigade de gendarmerie la plus proche, celle de Saint-Pierre Le Moûtier. Il est entendu depuis ce jeudi matin et pourrait être poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui, même si de nombreuses procédures de sécurité existent et auraient pu arrêter le train automatiquement.

La SNCF a réagit dans un communiqué:

Il s'agit d'une situation rarissime, grave et intolérable.

Une enquête interne va être réalisée par la direction nationale des audits de sécurité et une procédure disciplinaire est engagée. L'agent risque la radiation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess