Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le conducteur qui avait tué un motard à Brion en 2015 condamné à un an et demi de prison ferme

jeudi 29 mars 2018 à 21:14 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Un habitant de Brion âgé de 45 ans aujourd'hui avait percuté frontalement un motard alors qu'il avait deux grammes d'alcool dans le sang. La victime était un gendarme de la brigade motocycliste de Joigny. Le prévenu, lui, avait déjà été condamné deux fois pour conduite alcoolique.

Le tribunal de Grande Instance de Sens
Le tribunal de Grande Instance de Sens © Radio France - Renaud Candelier

Sens, France

"Que dire de quelqu'un qui a anéanti  ma vie". L'épouse de la victime vient lire un texte à la barre malgré les larmes. "Mon mari se battait contre les conduites addictives et aujourd'hui je me retrouve impuissante face aux larmes de ma fille". Puis c'est au tour de la maman de la victime qui évoque ces réunions de famille devenues impossible.

Des larmes, il finit par y en avoir aussi chez le prévenu : "j'aimerais dire pardon a la famille. L'alcool m'a détruit". La salle est quasiment pleine, une dizaine de gendarmes sont présents dont l'actuel et l'ancien commandant du groupement de l'Yonne. 

Déjà condamné deux fois pour conduite alcoolique

Ce 30 septembre 2015 le gendarme  Eric Biot est percuté de face sur sa moto personnelle alors qu'il rentre de service. "On parle souvent d'accident dans ces dossiers" commente la procureure "mais ce n'est pas le hasard ou la fatalité. Le prévenu avait déjà été condamné deux fois pour conduite alcoolique avec suspension de permis." Cependant, il n'avait jamais fait l'obligation de soins. Ce jour là avant l'accident des témoins l'avaient vu zig-zaguer, accélérer et freiner brutalement. 

"Mais il faut aussi juger le chemin parcouru depuis deux ans et demi" plaide la défense qui évoque la cure de désintoxication effectuée immédiatement après l'accident. 

166.000 euros de préjudice moral pour la famille

En plus des dix-huit mois de prison ferme, le tribunal ordonne une obligation de soins, une interdiction de paraître dans les débits de boisson et une interdiction de repasser le permis pendant deux ans. Il devra payer 166.000 euros de préjudice moral à la famille.