Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Conseil d'État entérine la fermeture d'une mosquée salafiste de Marseille

mercredi 31 janvier 2018 à 21:56 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence et France Bleu

Implantée dans le 3e arrondissement de Marseille, la mosquée salafiste "As Sounna" s'est vue ordonner de fermer ses portes pour une durée de six mois. Après un arrêté du préfet des Bouches-du-Rhône, le Conseil d'État a entériné ce mercredi la fermeture.

La mosquée était "un foyer très actif de diffusion de l'islam radical" selon le tribunal administratif de Marseille.
La mosquée était "un foyer très actif de diffusion de l'islam radical" selon le tribunal administratif de Marseille. © Maxppp -

Marseille, France

Le Conseil d'État a entériné mercredi la fermeture de la mosquée salafiste "As Sounna" pour six mois. Le préfet des Bouches-du-Rhône avait ordonné sa fermeture un mois plus tôt, via un arrêté préfectoral.

Implantée dans le 3e arrondissement de Marseille, la mosquée avait accueilli cinq fidèles partis rejoindre la zone irako-syrienne "pour faire le djihad" précise le Conseil d'État. 

"Un islam radical, dont l'influence s'étend aux jeunes."

Une association avait demandé un recours contre la fermeture du lieu de prêche. Le Conseil d'État a rejeté la demande, au motif que "la mosquée prône un islamisme radical dont l'influence s'étend à l'ensemble de la vie locale, en particulier aux plus jeunes".

L'imam El Hadi Doudi, en charge des prêches, avait diffusé notamment sur son site internet ''des appels à la haine et à la violence, en des termes particulièrement explicites".