Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Assassinat de Samuel Paty

Le Conseil français du culte musulman va mettre en place un plan de formation des imams

-
Par , France Bleu

Une semaine après la décapitation d’un professeur à Conflans-Sainte-Honorine, le Conseil français du culte musulman (CFCM) va travailler à l'élaboration d'un "programme commun de formation des imams" . L'institution prévoit aussi un "plan de lutte" contre le radicalisme.

Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman
Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman © AFP - Jean-Christophe Verhaegen

Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman a acté "la mise en place d’une commission chargée d’élaborer un programme commun de formation des imams et aumôniers de France à même d’harmoniser les cursus proposés et de permettre aux futurs imams de répondre aux attentes et aux défis de l’islam de France". La première réunion plénière est prévue le samedi 31 octobre.  

En plus de ce plan de formation, le CFCM va aussi "élaborer un plan de lutte contre toutes les formes de radicalisme et d'extrémisme à même d'immuniser la jeunesse française face à la propagande des prêcheurs de la haine et de la division". La première réunion consacrée à ce sujet est programmée le 1er novembre.  

Le CFCM, principal interlocuteur des pouvoirs publics sur l'islam, est "conscient de ses responsabilités" et "entend participer à la refondation du culte musulman en prenant en considération ses implications culturelles et sociales", a expliqué son président Mohamed Moussaoui. 

Ces décisions interviennent après l'assassinat vendredi 16 octobre de Samuel Paty, décapité après avoir donné un cours sur la liberté d'expression.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess