Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le consistoire israélite de Marseille appelle les juifs à "ne plus porter de kippa"

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Le président du consistoire israélite de Marseille demande aux juifs de ne plus porter de kippa "jusqu'à des jours meilleurs". La garde à vue du lycéen de 15 ans, soupçonné d'avoir tenté de tuer un enseignant juif lundi à Marseille, a été prolongée.

L'école religieuse devant laquelle l'enseignant a été agressé
L'école religieuse devant laquelle l'enseignant a été agressé © Maxppp

Marseille, France

Blessé et toujours sous le choc de sa violente agression, l'enseignant juif de 35 ans a été entendu ce mardi par la police au commissariat central de Marseille. À sa sortie, il a fait une courte déclaration à la presse :

"Je me sens fatigué. C'est une situation très difficile à vivre, quelque chose qu'on ne peut pas imaginer." 

L'homme a été agressé lundi sur le chemin de l'école hébraïque où il enseigne alors qu'il portait une kippa. Pour son audition devant les enquêteurs, il a choisi de se coiffer d'une simple casquette

Un geste de prudence face aux agressions antisémites, que le consistoire israélite de Marseille veut étendre à tous les juifs de la ville.

C'est son président, Zvi Ammar, qui l'a annoncé ce mardi après-midi. Il demande donc aux juifs de ne plus porter de kippa "jusqu'à des jours meilleurs". Une mesure exceptionnelle, pour faire face aux actes antisémites qui ont augmenté à Marseille ces derniers mois. 

"Aujourd'hui, devant la gravité des événements, il faut prendre des décisions exceptionnelles. Et pour moi, la vie est plus sacrée que tout autre critère. On est obligé de se cacher un peu, on n'a pas le choix."  

Choix de la station

France Bleu