Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de Lucas Tronche

Le corbeau de l'affaire Lucas Tronche devant la justice le 18 octobre prochain

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Vaucluse et France Bleu mardi 12 septembre 2017 à 18:27

Lucas Tronche a disparu le 18 Mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze.
Lucas Tronche a disparu le 18 Mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze. © Radio France

Le corbeau de l'affaire Lucas Tronche, a été interpellé ce mardi matin à son domicile de la Drôme. Présenté devant le parquet de Nîmes, il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire et comparaîtra pour violences volontaires le 18 octobre prochain. Il encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement.

Ce Drômois, âgé de 58 ans, avait adressé des courriers anonymes à la famille de Lucas, l’adolescent disparu à Bagnols-sur-Cèze. Onze lettres en tout. Il a été interpellé, une nouvelle fois ce mardi matin, à son domicile. En juillet 2016, il avait été laissé en liberté, à l'issue d'une première présentation devant la justice, le temps de procéder à des investigations complémentaires.

L’enquête le met hors de cause dans l'enlèvement

L’enquête, menée par le SRPJ dès sa première interpellation, le met hors de cause dans l'enlèvement. Le sexagénaire, ne présente pas de troubles majeurs de la personnalité mais il apparaît comme "fragile" avec le besoin qu'on s’intéresse à lui.

Il n'est pas du tout impliqué dans la disparition de Lucas. Ce que démontre l’enquête du SRPJ de Montpellier après sa première interpellation en juillet 2016. Des investigations et notamment d'ADN qui démontrent, en revanche, qu'il est bien le seul auteur des lettres anonymes.

Des premières lettres rassurantes, les autres plus agressives

Les premières lettres se voulaient rassurantes, les autres ont pris un ton plus agressif. Dans une d'entre elles, le corbeau expliquait que "Lucas était avec lui, qu'il était bien et qu'il ne voulait plus rentrer chez lui". Le corbeau expliquait en juillet dernier, qu'au début, il voulait rassurer les parents de Lucas Tronche, puis qu'il s'était pris au jeu.

La justice lui reproche des violences avec préméditation, ce que le sexagénaire nie. Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 18 octobre prochain. Il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire avec obligation de se soigner.

Des lettres qui ont grandement perturbé la famille de Lucas Tronche. Patrick Bottero, procureur-adjoint.

Le Drômois comparaîtra le 18 octobre devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour violences volontaires. Il encourt jusqu'à trois ans de prison. Les parents de Lucas Tronche n'ont pas voulu s’exprimer mais annoncent avoir porté plainte.

Patrick Bottero, procureur-adjoint au TGI de Nîmes.

Lucas mesurerait 1m70, il est de corpulence mince, a les yeux marron, les cheveux courts et châtains clairs, de type européen. Lors de sa disparition, Lucas portait un Jean Bleu, un polo à manches longues gris avec des rayures de couleur de marque Quicksilver, des baskets blanches et une doudoune fine de couleur bordeaux. Si vous avez des informations, contactez le SRPJ de Montpellier au 04.67.99.35.97.