Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le corps du petit Aymeri retrouvé dans une réserve d'eau d'une entreprise à Aigues-Vives

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Aymeri, un enfant autiste de 9 ans disparu depuis le dimanche 12 mai, a été retrouvé noyé dans une réserve d'eau d'une entreprise proche du domicile familial à Aigues-Vives ce mardi par les gendarmes du Gard.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Aigues-Vives, France

Les recherches avaient repris ce mardi. Les plongeurs de la gendarmerie nationale sont revenus sur un site situé dans une usine qu'ils avaient déjà visité la veille. Peu après 9h, ils ont fait la terrible découverte : le corps du petit Aymeri. Une issue fatale à laquelle tous s'attendaient sans y croire. Le petit s'est noyé dans une réserve d'eau pluviale à une centaine de mètres du domicile familial. Aymeri, atteint d'autisme, était attiré par l'eau. Intensément recherché depuis dimanche dernier, il avait échappé à la surveillance de ses parents, seulement vétu d'un pyjama et pieds nus. 

"Un terrible drame, une perte familiale mais aussi une perte collective." Erick Maurel, procureur de Nîmes

Une terrible nouvelle pour la famille bien sûr, mais aussi pour les gendarmes qui avaient déployé depuis 48 heures un important dispositif : hélicoptère, brigade cynophile, 60 militaires et des centaines de personnes qui ont fouillé des heures durant un périmètre assez restreint. Une peine familiale et aussi collective : près de 200 personnes venues d'Aimargues, Aigues-Vives et même d'autres villages du Gard se sont mobilisés, tous conservant jusqu'au bout l'espoir de retrouver Aymeri vivant.