Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le coup de colère des proches du jeune tué à Perpignan : "On ne veut plus un seul mort dans la ville !"

-
Par , France Bleu Roussillon

Ce dimanche 26 juillet, ils étaient une vingtaine de personnes rassemblés devant l’hôpital Thuir (Pyrénées-Orientales). Il s'agit des proches du jeune homme tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans le quartier du palais des rois de Majorque à Perpignan. Ils demandent que justice soit faite.

Les proches du jeune homme tué veulent que justice soit faite
Les proches du jeune homme tué veulent que justice soit faite © Radio France - Nina Valette

"Il va faire semblant d'être fou pour ne pas rendre de compte à la justice", s’énerve Pascal, ce dimanche 26 juillet, devant le Centre Hospitalier Léon Jean Grégory à Thuir dans les Pyrénées-Orientales. Selon ce Perpignanais d'une quarantaine d'années, le jeune homme qui a tué son ami trois jours plus tôt dans les rues de Perpignan serait actuellement hospitalisé sur place. 

Violence gratuite ? 

Ce soir-là, la victime, originaire du quartier Saint-Mathieu à Perpignan, était dans un bar pour fêter l'anniversaire d'un ami. "Vers deux ou trois heures du matin, nous sommes sortis pour prendre la voiture", raconte Fethi, témoin du drame. Un peu alcoolisée, la victime au volant percute un trottoir et crève les deux pneus droits de sa voiture. 

"Ça fait quatre jours que je ne dors plus" 

Les deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années cherchent une place pour se garer. "Une fois dehors, un type est arrivé et il a poignardé mon ami avec un tournevis. On ne sait pas pourquoi, nous ne l'avions jamais vu... Ça fait quatre jours que je ne dors plus parce que je n'aurai peut-être jamais de réponse à mes questions", soupire le jeune père de famille. 

La victime sera touchée à de nombreuses reprises au niveau du cœur, de la carotide et de la tête. Une énième agression dans les rues de Perpignan qui est celle de trop pour les proches de la victime. "Nous en avons marre de cette violence dans les rues de Perpignan. Il faut faire le nécessaire pour que ça s'arrête. C'est une agression gratuite, sans explication. On a peur alors qu'on est en France. C'était pas comme ça avant Perpignan". Pour les proches, il s'agit d'une agression raciste. "Le tueur est d'origine algérienne comme la victime. Sauf que mon ami est blanc aux yeux bleus. C'est uniquement pour ça qu'il est mort", insiste l'un des jeunes. 

"Il faut qu'on prenne les armes nous aussi ?"

Parmi les jeunes présents devant le centre hospitalier, il y a le frère de la victime. Un jeune homme qui réclame une vraie justice. Pour Pascal, le grand frère de la bande, c'est le mort de trop. "Ce gamin je le connais depuis toujours. J'ai 42 ans, ça pourrait être mon fils. On va où là ? Quand est-ce que ça va s'arrêter cette violence à Perpignan ? Est-ce qu'il faut qu'on prenne les armes nous aussi ? Il faut que justice soit faite. Que le Procureur et la justice arrête tout ça. On ne veut plus un seul mort à Perpignan", insiste Pascal. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess