Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

La colère des maires ruraux du Gard contre la menace d'interdiction de baignade dans leurs rivières

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Sur injonction de la Préfecture du Gard, toute portion de rivière qui n'aura pas fait l'objet d'un contrôle sanitaire devra être fermée au public.

Le Galeizon coule sous le pont des Camisards à Cendras
Le Galeizon coule sous le pont des Camisards à Cendras © Radio France - Hervé Sallafranque

Les maires ruraux du Gard ne décolèrent pas contre la menace d'interdiction de baignade dans leurs rivières.   La raison : un courrier du préfet du Gard, Didier Lauga, qui  "dans le cadre des mesures post-crise sanitaire Covid-19", demande aux communes du département de prendre un arrêté décrétant "l’interdiction générale de baignade naturelle en eau douce hors des sites de baignade dûment contrôlés et répondant aux obligations réglementaires". En clair, toute portion de rivière qui n'aura pas fait l'objet d'un contrôle sanitaire devra être fermée au public. 

Impossible pour les maires de faire contrôler la totalité de leurs cours d'eau qui traversent parfois la commune sur plusieurs kilomètres. Par exemple, à Cendras, à une dizaine de kilomètres d'Alès,  Le Galeizon  est directement concerné par cette menace.  Seule une toute petite partie de la rivière pourrait rester accessible aux baigneurs. Et ça agace tout particulièrement Nolwenn, qui habite à moins de 500 mètres de là et qui vient très souvent avec ses filles : " Ici il y beaucoup de gens qui ne peuvent pas partir en vacances. Quand il fait 40° en plein été, c'est le seul endroit où on peut se rafraîchir. Nous priver de ce petit plaisir c'est complètement absurde" déplore la jeune maman.*

Pourquoi n'y a-t-il pas un arrêté préfectoral ?  Sylvain André, maire de Cendras

Ça n'a pas de sens, c'est aussi ce que pense le maire de Cendras, Sylvain André, également  président de l'association des maires ruraux du Gard. C'est lui qui devrait prendre l'arrêté d'interdiction de baignade. Mais il veut des explications de la Préfecture : "S'il y a vraiment un risque sanitaire, je veux bien l'entendre, mais dans ce cas-là, pourquoi n'y a-t-il pas un arrêté préfectoral ? On nous laisse en première ligne nous débrouiller avec nos populations. Et moi je suis inquiet pour les habitants de Cendras. Ils ont besoin de la rivière".

Sylvain André a adressé un courrier aux services de la Préfecture du Gard. Sans réponse à ce jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu