Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le couple rudoyé par Alexandre Benalla le 1er mai est sorti de garde à vue

mercredi 3 octobre 2018 à 9:20 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Le couple que l'on voyait se faire rudoyer par Alexandre Benalla sur une vidéo tournée le 1er mai 2018 à Paris, place de la Contrescarpe, est sorti de garde à vue mardi vers 19h30. L'homme et la femme ont avoué avoir jeté des projectiles sur les policiers. Ils seront jugés prochainement.

Le couple rudoyé par Alexandre Benalla le 1er mai sera bientôt jugé pour violences contre les forces de l'ordre.
Le couple rudoyé par Alexandre Benalla le 1er mai sera bientôt jugé pour violences contre les forces de l'ordre. © Maxppp - Alexis Sciard

Paris, France

Le couple que l'on voit sur une vidéo se faire rudoyer par Alexandre Benalla, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron et Vincent Crase, employé de la République en marche, le 1er mai 2018, à Paris place de la Contrescarpe, est sorti de garde à vue mardi soir vers 19h30. L'homme âgé de 29 ans et sa compagne, 30 ans, ont avoué avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre. Ils seront prochainement jugés par le tribunal correctionnel de Paris, indique leur avocat, maître Sahand Saber.  

Le couple avait été convoqué dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour "violences contre les forces de l'ordre". Leur avocat, qui estime que cette garde à vue est excessive et disproportionnée, précise que l'homme et la femme ont présenté leurs excuses. Il indique qu'aucune plainte n'a été déposée contre eux par les CRS et qu'il n'y a eu aucun blessé. 

En tout 23 personnes, dont cinq ont été convoquées mardi matin, doivent être entendues dans le cadre de cette enquête.