Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le cri de désespoir d'un homme malvoyant agressé à Marseille

dimanche 7 janvier 2018 à 18:06 Par Emilie Briffod, France Bleu Provence

Le 1er juillet dernier, un habitant malvoyant du quartier des Olives, dans le 13e arrondissement de Marseille, était agressé juste derrière chez lui pour sa chaîne en or. Blessé, il a porté plainte, mais depuis, il n'a aucune nouvelle et se sent abandonné.

Depuis l'agression, aucune nouvelle de la police (photo d'illustration).
Depuis l'agression, aucune nouvelle de la police (photo d'illustration). © Maxppp -

Marseille, France

L'agression s'est produite le 1er juillet dernier. Âgé de 37 ans, Yohan, malvoyant, part acheter son pain à pied. Il est seul et juste derrière chez lui, il est attaqué par deux jeunes à scooter, casqués.  

Ses agresseurs lui coupent sa chaîne en or et le jettent à terre. La scène se passe sous les yeux de ses voisins.

La police refuse de se déplacer

Yohan, blessé, appelle la police qui refuse de se déplacer. Le jeune homme va alors porter plainte au commissariat de Plan-de-Cuques. Mais depuis, plus aucune nouvelle

Yohan regrette que les policiers ne se soient pas déplacés et surtout, depuis ce jour de juillet, il n'ose plus sortir de chez lui seul. Désormais pour se déplacer, il appelle un taxi.  

La police manque de moyens

Selon Patrice Maure, secrétaire départemental adjoint du syndicat de police Alliance, toutes les plaintes enregistrées dans les commissariats sont ensuite transmises au parquet, qui seul peut décider de poursuivre l'enquête. 

Selon lui, il faut parfois jusqu'à deux ans de délai entre un dépôt de plainte et une ouverture d'enquête. Patrice Maure dénonce le manque d'effectifs et la multiplication des tâches des policiers.