Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Crif dénonce une vente aux enchères d'objets nazis au Mans

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Alerté par un chasseur spécialisé dans ce genre d'événements, le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) déplore la tenue d'une vente aux enchères d'objets nazis, samedi dernier au Mans. Et demande l'interdiction de ces ventes qui restent légales sous certaines conditions.

Dans une vente aux enchères
Dans une vente aux enchères © Maxppp - Alexis Sciard

Des casques de la Wehrmacht, un ceinturon de la Luftwaffe ou bien encore une dague d'officier allemand, le tout daté de l'époque de la Seconde Guerre mondiale... Voilà ce qui était proposé samedi au Mans lors d'une session d'enchères à la salle des ventes. En tout une dizaine de lots repérée par un lanceur d'alerte spécialisé dans la traque de ce types de ventes.

Celui qui se fait appeler "Axel" a immédiatement contacté nos confrères de France 3, ainsi que le Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France. Lequel déplore une "multiplication des ventes de ce genre en France, principalement en province", à hauteur de "100 à 150 par an", selon son président, Francis Kalifat. Depuis le début de l'année, des ventes similaires ont été tenues ou prévues (avant d'être empêchées) à Fécamp, Rodez, Blois ou encore Lyon.

"Plus de 75 ans après les faits, tous les musées et collectionneurs qui font œuvre de pédagogie autour de cette période ont eu le temps de s'équiper, estime Francis Kalifat, aujourd'hui, ce que nous voyons, ce sont des échanges d'objets par des gens qui sont fascinés par cette époque, par l'idéologie qu'elle représente et qui en font presque du fétichisme."

Une vente légale selon le commissaire-priseur

S'il n'a pas souhaité nous répondre, le commissaire priseur en charge de la vente expliquait ce week-end à nos confrères de France 3 que cette vente était tout à fait légale "car aucun des objets ne présentait d'insigne ou de symbole nazi." C'est en effet toute l'ambiguïté de l'article R645-1 du code pénal sur ce sujet, qui interdit "de porter ou d'exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle."

En d'autres mots : il n'est pas interdit de vendre ces objets, mais simplement de les montrer, de les exhiber. "Or nous savons combien il est difficile de vendre sans montrer, argumente Francis Kalifat, et puis rien n'empêche d'utiliser des subterfuges pour 'dénazifier' un objet le temps de la vente puis de remettre ensuite à l'acheteur la totalité de celui-ci, y compris les parties qui ont été enlevées."

Ces derniers mois, les signalements du Crif auprès de plusieurs procureurs de la République ont empêché plusieurs ventes de se tenir, avec de surcroît des saisies d'objets ouvertement nazis. Faute d'avoir été alerté à temps et d'avoir pu réellement "constater l'infraction" à l'occasion de la vente mancelle, le Crif n'engagera pas de poursuite. Mais l'organisation souhaite que la loi évolue vers l'interdiction de la vente d'objets de ce type.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess