Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Contournement de Beynac

Le Département de la Dordogne condamné à refaire l'enrobé de la route à Beynac

-
Par , France Bleu Périgord

Le tribunal administratif de Bordeaux condamne le département de la Dordogne à achever l'enrobé de la route principale à Beynac. Le Conseil départemental a jusqu'au 1er mars pour le faire, avant de devoir payer une astreinte journalière.

Une première couche d'enrobé a été posée en juin 2017 pour le Tour de France.
Une première couche d'enrobé a été posée en juin 2017 pour le Tour de France. © Radio France - Antoine Balandra

Beynac-et-Cazenac, France

C'est un dossier dans le dossier du projet de contournement de Beynac. Le tribunal administratif de Bordeaux a condamné ce lundi 18 novembre le Conseil départemental de la Dordogne à poser la couche définitive d'enrobé sur la route départementale du bourg de Beynac. 

Une première couche d'enrobé a été posée pour le passage du Tour de France en juin 2017 mais il manque toujours la deuxième couche définitive. Le Conseil départemental a jusqu'au 1er mars 2020 pour exécuter le jugement du tribunal. S'il dépasse ce délai, il devra s'acquitter d'une astreinte de 100 euros par jour

Le département envisage de faire appel

Dans un communiqué, le Conseil départemental de la Dordogne "prend acte de la décision" rendue par le Tribunal administratif de Bordeaux. Il estime que s'il a jusqu'au 1er mars pour faire ces travaux, il n'y a "aucune urgence en matière de sécurité". 

Le Département envisage de faire appel de cette décision. Le communiqué affirme que "le revêtement aurait été réalisé depuis longtemps si le maire de Beynac-et-Cazenac ne s'y était pas lui-même opposé". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu