Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le député Erwan Balanant visite la prison de Ploemeur, entre manque de personnel et bâtiment vieillissant

lundi 6 novembre 2017 à 23:28 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Visiter pour mieux connaitre : des parlementaires membres de la commission des lois visitent ces jours-ci les établissements pénitentiaires de France. Erwan Balanant, député de Concarneau-Quimperlé a choisi de se rendre à Ploemeur, un établissement de 1982 qui synthétise beaucoup de problèmes.

Gaëlle Verschaeve, directrice de l'établissement pénitentiaire de Ploemeur et Erwan Balanant, député du Finistère
Gaëlle Verschaeve, directrice de l'établissement pénitentiaire de Ploemeur et Erwan Balanant, député du Finistère © Radio France - Benjamin Bourgine

Lorient

Une cinquantaine de députés visitent ces jours-ci les prisons françaises. Il s'agit pour eux de se rendre compte de la réalité de l'univers carcéral et de ses difficultés. A Ploemeur, près de Lorient, le député du Finistère, Erwan Balanant, a arpenté les lieux pendant 3 heures ce lundi pour découvrir un établissement pénitentiaire qui possède en théorie 170 places de détenus condamnés ou en attente de leur peine.

Bâtiment vieillissant, et budget limité

Ici des ampoules manquent à un chemin de ronde, là une charnière de porte, là-encore, des couloirs défraîchis où quasiment une vitre sur deux est complètement étoilée. La prison de Ploemeur n'est pas la moins bien lotie de France, sans doute, mais on y ressent tout de même une forme de lourdeur, de vétusté, un ensemble de choses qui n'arrivent pas à s'améliorer. La faute à un budget, limité, et aussi à une conception de bâtiment très ancienne.

Reportage à la prison de Ploemeur, synthèse des problèmes carcéraux

L"un des miradors de la prison de Ploemeur - Radio France
L"un des miradors de la prison de Ploemeur © Radio France - Benjamin Bourgine

La surpopulation carcérale, c'est aussi pour assurer la sécurité de certains

140% de taux d'occupation, (le taux actel) ça veut dire certains détenus à 6 au lieu de 4 par cellule parce que certains peuvent être violents entre eux. La directrice de Ploemeur, Gaëlle Verschaeve ne dissimule rien de ses difficultés de personnel : il y a 10 postes non pourvus,17 arrêts maladies, sur un effectif de 100 surveillants. Délicat, mais c'est bien la situation du nombre de surveillants à Ploemeur.

A Ploemeur, la directrice ne cache rien des difficultés qu'elle rencontre. Reportage de Benjamin Bourgine

Le manque de personnel, ce n'est pas nouveau pour les syndicats de surveillants. Non, bien sûr, eux le disent depuis longtemps : ils font face à une vraie crise du recrutement. Le métier n'est pas attrayant : pour à peine plus que le smic, les débuts de carrière se font loin de la Bretagne. Frédéric Bescon, délégué du SPS, syndicat majoritaire à Ploemeur l'explique clairement :

A l'entrée de la prison, accès interdit - Radio France
A l'entrée de la prison, accès interdit © Radio France - Benjamin Bourgine

Dans 5 ans, il faut que les choses aillent mieux - Erwan Balanant

Et le député Erwan Balanant, qu'en retient-il ? "Pas trop surpris", dit-il, même si c'était pour lui une première visite de ce type. Le député du groupe Modem et apparentés a pris date pour peut-être y revenir. Il espère pouvoir faire bouger les choses "je pense qu'on a des choses à faire pour faire des peines alternatives ou différentes. Le modèle de la prison traditionnelle a peut-être vécu. Le but c'est que dans 5 ans les choses aillent mieux qu'aujourd'hui". La commission des lois va se saisir de ces problèmes. Elle auditionnera le 14 novembre le controleur général des lieux de privation de libertés.

"Il y a des chantiers" dit en substance Erwan Balanant

La prison, seul remède ?

Syndicats comme direction s'accordent sur un point : il faut une meilleure prise en charge des détenus relevant de la psychiatrie. Ils sont de plus en plus nombreux, et leur place n'est pas en prison. "La population carcérale a beaucoup changée" note aussi Frédéric Bescon. "Une grande partie a un niveau scolaire très très bas. Pour la réinsertion, c'est difficile" confirme la directrice de Ploemeur. Néanmoins, la France va construire de nouvelles prisons, dont une à Rennes et une autre à Vannes, comme l'avait dit sur notre antenne l'ancien Garde des Sceaux.