Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le député LREM de la Somme Jean Claude Leclabart mis en examen pour "faux en écriture publique"

-
Par , France Bleu Picardie

Le député LREM de la Somme Jean Claude Leclabart a été mis en examen pour "faux en écriture publique". La justice veut savoir si le député de la 4ème circonscription de la Somme a bien respecté les procédures quand il était président de la Com de Com du Val de Noye avant la fusion avec Moreuil.

Jean-Claude Leclabart, député LREM de la Somme
Jean-Claude Leclabart, député LREM de la Somme © Radio France - Claudia Calmel

Amiens, France

Cette mise en examen fait suite à la plainte déposée par la Communauté de Communes "Avre Luce Noye" issue du mariage entre Val de Noye et Moreuil en janvier 2017. Son président actuel Pierre Boulanger accuse Jean Claude Leclabart d'avoir signé juste avant la fusion des délibérations sans les faire voter. C'est illégal, c'est ce que l'on appelle des délibérations fantômes. Ces délibérations portaient sur des projets du territoire de Jean Claude Leclabart qui, une fois la fusion en place, se retrouvaient alors financés par la nouvelle com de com : terrain de football, maison de services publics ou encore funérarium, le tout pour 5 millions d'euros selon l'avocat de cette com de com "Avre Luce Noye".

De son coté l'avocat de Jean Claude Leclabart précise qu'il n'y a pas d'enrichissement personnel, ni de détournement de fonds publics. Il reconnait peut-être une bourde administrative mais rien d'inquiétant pour le député. Un député qui, on le sait n'a jamais digéré la fusion des deux territoires imposée par l'État. Jean Claude Leclabart avait d'ailleurs déposé sans succès plusieurs recours devant la justice pour s'opposer à cette union avec Moreuil , un partenaire trop fragile financièrement à ses yeux.