Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le directeur de l'hôpital d'Arras visé par une plainte pour harcèlement moral

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

C'est le président de la Commission Médicale d'Etablissement (CME) qui a déposé plainte auprès du commissariat d'Arras. Elle a été transmise au parquet qui a ordonné l'ouverture d'une enquête. Le ministère et l'Agence Régionale de Santé ont été alertés.

Arrivé en janvier 2016, le directeur du centre hospitalier d'Arras aurait instauré une "maltraitance institutionnelle"
Arrivé en janvier 2016, le directeur du centre hospitalier d'Arras aurait instauré une "maltraitance institutionnelle" © Maxppp - Matthieu Botte

Arras, France

Le président de la Commission Médicale ne serait pas le seul à se plaindre du comportement du directeur de l'hôpital. L'association Jean-Louis Mégnien (du nom d'un médecin qui s'est suicidé en 2015 sur son lieu de travail), qui milite contre le harcèlement dans les hôpitaux publics, a été saisie par des médecins et son président, Philippe Halimi, est venu deux fois à Arras pour se faire une opinion personnelle. Dans un courrier qu'il a envoyé à la ministre de la santé, Agnès Buzin, le Pr Halimi explique avoir rencontré de nombreux personnels en "grande détresse psychique et morale", et il évoque des "risques psycho-sociaux élevés pour les personnels".

Il évoque "un contexte de maltraitance institutionnelle" au sein de l'établissement qui touche les personnels à tous les niveaux, des médecins aux agents administratifs en passant par les personnels soignants. Le directeur appliquerait la politique de "diviser pour mieux régner" en montant les médecins les uns contre les autres, favorisant ceux qui le suivent et sanctionnant les autres.

On a perdu de nombreux spécialistes

Plusieurs médecins auraient même préféré quitter l'établissement. "On a perdu comme ça des spécialistes, confie un généraliste installé en ville, et notamment des diabétologues".

L'Agence Régionale de Santé avait annoncé qu'elle lancerait une enquête sur la situation au sein de l'établissement mais le ministère n'a toujours pas donné de suite au courrier qui lui a été envoyé au début du mois de mars par l'association Jean-Louis Mégnien.

De son côté le directeur de l'hôpital se refuse à tous commentaires. Dans un communiqué publié mercredi en fin de journée, il précise toutefois qu'il réfute ces accusations et se tient à disposition de la police et de la justice. Il a également envoyé un courrier à l'ensemble du personnel dans lequel il leur précise qu'il "attache le plus grand prix à ce que chacun d'entre (eux) puisse exercer son métier au service des patients avec toute la sérénité nécessaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu