Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le directeur général de l'OM Philippe Perez mis en examen dans l'affaire des transferts douteux

vendredi 22 janvier 2016 à 21:10 Par Maud De Bourqueney, France Bleu Provence et France Bleu

L'affaire des transferts douteux de l'OM a rattrapé l'un des dirigeants actuel du club, Philippe Perez, mis en examen après deux anciens responsables, Jean-Claude Dassier et Antoine Veyrat, et soupçonné à son tour d'être impliqué dans une quinzaine d'opérations douteuses.

Philippe Perez, directeur général de l'OM, mis en examen
Philippe Perez, directeur général de l'OM, mis en examen © Maxppp - photo d'illustration

Marseille, France

C'est une troisième mise en examen dans l'affaire des transferts douteux de l'OM. Après Jean-Claude Dassier et Antoine Veyrat, deux anciens responsables, c'est au tour du directeur général du club, Philippe Perez, d'être inquiété par un juge marseillais cette semaine. Il est accusé d"abus de biens sociaux", "faux et usage de faux" et "association de malfaiteurs", mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Dans cette affaire,  certains dirigeants sont soupçonnés d'avoir réalisé une quinzaine de transferts surévalués,  offrant ainsi des commissions non justifiées à des agents ou des intermédiaires, et ce au préjudice du club pour un montant de 55 millions d'euros.

Parmi les opérations dans le collimateur de la justice figurent celles concernant Lucho, Mbia, Diawara, Abriel, Niang, Azpilicueta, Rool, Morientes, Kaboré, Rémy, Gignac, Cheyrou, Ben Arfa ou Heinze.

Une enquête de 2011

Également entendu par le juge d'instruction, à la mi-décembre, l'actuel président de l'OM, Vincent Labrune, avait été lui placé sous le statut de témoin assisté, aucune charge n'ayant été retenue contre lui.

A l'origine, l'information judiciaire a été ouverte en juillet 2011 pour "extorsion de fonds, blanchiment et association de malfaiteurs". Des perquisitions avaient eu lieu au siège de l'OM en janvier 2013, au cours desquelles des documents avaient été saisis, ainsi que dans les locaux marseillais de l'agent Jean-Luc Barresi.

En novembre 2014, puis en janvier 2015, des vagues de garde à vue avaient conduit dirigeants de l'OM, intermédiaires et agents de joueurs à s'expliquer devant les enquêteurs, y compris Philippe Perez. Les gardes à vue avaient alors été levées sans charge.

Mais le dossier a ensuite été réorienté vers une affaire d'abus de biens sociaux, conduite par le juge spécialisé dans les affaires économiques et financières, Guillaume Cotelle. Interrogé après sa mise en examen, Jean-Claude Dassier, ancien président de l'OM, a assuré avoir "toujours agi dans l'intérêt du club".