Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le djihadiste Peter Cherif mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle en récidive"

jeudi 27 décembre 2018 à 18:51 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Paris

Une nouvelle information judiciaire est ouverte contre le djihadiste Peter Cherif, mis en examen ce jeudi pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle en récidive". Arrêté le 16 décembre à Djibouti, le Français était un ami des frères Kouachi, auteurs de l'attaque contre Charile Hebdo.

Le djihadiste Peter Cherif lors de son procès à Paris en 2011
Le djihadiste Peter Cherif lors de son procès à Paris en 2011 © AFP - BENOIT PEYRUCQ

Le djihadiste français Peter Cherif a été mis en examen jeudi pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle en récidive", dans le cadre d'une nouvelle information judiciaire ouverte ce jour, a appris l'AFP de source judiciaire. Il a également été placé en détention provisoire.

Arrêté le 16 décembre à Djibouti et expulsé samedi vers la France, ce proche des frères Kouachi, auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015 avait été déféré au parquet dans la nuit de mercredi à jeudi en vue de l'exécution d'une peine de cinq ans de prison prononcée à son encontre en 2011 et de cette présentation à un juge d'instruction.

Enquête sur ses activités au Yémen

Cette nouvelle mise en examen est consécutive à une enquête préliminaire ouverte en 2017. Selon une source proche du dossier, cette dernière visait le séjour et les activités de Peter Cherif au Yémen où il était devenu un cadre d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Les États-Unis l'avaient inscrit sur leur liste noire des "combattants terroristes étrangers" en septembre 2015.

Considéré comme une précieuse source d'informations pour les services de renseignements occidentaux comme pour la justice française, Peter Cherif ne fait, pour l'heure, l'objet d'aucun mandat d'arrêt dans l'enquête sur les attentats de janvier 2015 (Charlie Hebdo, Montrouge, Hyper Cacher) qui ont fait 17 morts. 

Condamné à cinq ans de prison pour avoir combattu en Irak en 2004, il était recherché par les services antiterroristes depuis sa disparition au dernier jour de son procès, à Paris, en 2011.