Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU - Le domicile d'un cadre de Greenpeace perquisitionné par la DGSI

Par Pierre Coquelin et Anthony Raimbault, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu lundi 19 décembre 2016 à 12:57

Le domicile du militant anti-nucléaire Yannick Rousselet a été perquisitionné à Cherbourg.
Le domicile du militant anti-nucléaire Yannick Rousselet a été perquisitionné à Cherbourg. © Maxppp - Marc Demeure

Le mardi 13 décembre, le domicile du Manchois Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France, a été perquisitionné par les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Le mardi 13 décembre, le domicile cherbourgeois de Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France, a été perquisitionné par des fonctionnaires de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Selon Yannick Rousselet, ils ont agi "sur ordre du procureur de la République de Paris". A l'origine de cette perquisition, "une plainte déposée par Christophe Quintin, haut-fonctionnaire de défense à la sécurité nationale, et Christian Riac, général de brigade, responsable national de la sécurité nucléaire", explique Yannick Rousselet.

"Ils ont saisi tous nos supports numériques, professionnels et familiaux. Tout est parti", a confié le leader anti-nucléaire : téléphones, ordinateurs, disques durs externes, clés USB et cartes SD. Yannick Rousselet s'est vu signifier une convocation à une garde à vue pour interrogatoire sans beaucoup plus de précisions, si ce n’est le motif suivant : "compromission du secret de la Défense Nationale".

"Ils ont tout saisi" - Yannick Rousselet (Greenpeace)

"Compromission du secret de la Défense nationale"

L'organisation Greenpeace dénonce une "situation extrêmement floue" et rappelle que "Yannick Rousselet est non seulement chargé de campagne pour Greenpeace France mais également membre nommé par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie au Haut Comité pour la Transparence et l’information sur la sécurité nucléaire et membre de plusieurs Commissions locales d’information". "Greenpeace n'a rien à cacher", ajoute l'organisation anti-nucléaire, et demande les "raisons exactes" de cette perquisition.