Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le douloureux procès de l'accident mortel de Lagor près de Mourenx

mardi 21 novembre 2017 à 11:40 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Mohamed a été jugé par le tribunal correctionnel pour avoir causé un accident de la route qui a fait un mort et deux blessés graves. Ils étaient tous dans la voiture qu'il conduisait, trop vite et sous cannabis.

La salle des pas perdus du palais de justice de Pau
La salle des pas perdus du palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Mourenx, France

C'est un procès douloureux qui s'est tenu devant le tribunal correctionnel de Pau ce lundi. Celui de Mohamed. Un mourenxois de 23 ans jugé pour homicide et blessures involontaires. Responsable d'un accident de la route qui a coûté la vie à un de ses passagers, Mattéo, 14 ans. C'était sur la route de Navarrenx à la sortie de Mourenx à la hauteur de Lagor, le 29 avril dernier. Ce soir là il a roulé trop vite et sous l'empire de stupéfiant (cannabis).

Un prévenu muet ou presque

A la barre Mohamed est habillé tout en noir. Comme on s'habille pour un enterrement. Il faut dire que le deuil de Mattéo est omniprésent. La peine et la colère de la famille, très digne, sont palpables dans la salle. Une pression qui a contraint Mohamed au silence. Il ne dit quasiment rien sur les circonstances de l'accident et pas beaucoup plus quand il a été question de sa personnalité. Sur les faits, des témoins ont raconté qu'il a fait un écart sur la gauche comme le font les pilotes de formule 1 pour mieux couper la courbe. Il roulait trop vite avant ce virage. Ils ont aussi raconté le chaos après l'accident, et les cris de souffrance de Mattéo éjecté sur le bas coté. Et puis, ce sont aussi les autres qui ont parlé de ce jeune oisif, qui fume pétards sur pétards et dont la voiture est le seul moyen de briller. Comme l'a dit la procureure Orlane Yaouanq, avant de demander 4 ans de prison fermes : "ce n'est pas l'homicide involontaire du bon père de famille ébloui par le soleil et qui ne voit pas le piéton qui traverse". Le parquet a donc demandé 4 ans ferme. Le tribunal rendra son jugement le 4 décembre.

Comme dans un clip de la sécurité routière

L'audience a découpé tous les instants de cette dramatique soirée. Séquence par séquence. Ils sont quatre dans la Clio. Ils veulent aller passer du temps du coté du lac de Vielleségure, faire ce qu'ils font souvent. Boire des coups et fumer des joints. Dans Mourenx, aux abords du Mac Do, ils embarquent Mattéo. Il monte à l'arrière, coté gauche derrière le conducteur. La musique est à fond. Ils ne s'entendent même pas parler. Ils prennent la route de Navarrenx. En sortant de Mourenx il y a cette descente et ce virage à droite, plutôt serré mais sans réel danger. A condition de ne pas rouler trop vite. Il se déporte vers la gauche et percute la BMW qui vient en face. Dans la Clio, seul Mohamed a mis sa ceinture. Sous le choc, la portière arrière gauche est arrachée, et Mattéo est éjecté. C'est ce qui va causer sa mort.

Il y a un contexte dans la ville qui lui renvoie le reproche du décès d'un gamin de 14 ans. Il fait l'objet de brimades, d'insultes, de crachats, de menaces. Il ne répond pas, il fait profil bas et il me dit que c'est normal. Il n'attend qu'une chose c'est d'en finir avec ce dossier pour passer à autre chose dans sa vie et dans une autre ville — Me Azavant l'avocat de Mohamed

L'avocat de Mohamed raconte son isolement à Mourenx depuis l'accident

Le parquet a demandé 4 ans de prison fermes. Le tribunal rendra son délibéré le 4 décembre