Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Violences à la fac de droit de Montpellier

L'ex-doyen de la fac de droit de Montpellier mis en examen pour complicité de violences

jeudi 29 mars 2018 à 21:03 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Le procureur de Montpellier a annoncé ce jeudi soir la mise en examen de l'ex-doyen de la faculté de droit de Montpellier Philippe Petel, pour complicité d'intrusion et complicité de violences après l'évacuation musclée d'un amphithéâtre jeudi dernier.

Philippe Pétel, doyen démissionnaire de la fac de Droit de Montpellier
Philippe Pétel, doyen démissionnaire de la fac de Droit de Montpellier © Maxppp -

Montpellier, France

Après 24 heures de garde à vue, Philippe Petel, ancien doyen de la fac de droit de Montpellier, a été mis en examen par un juge d'instruction pour complicité d'intrusion et complicité de violences. Le professeur de droit Jean-Luc Coronel est aussi mis en examen pour complicité d'intrusion et complicité de violences en récidive.

On leur reproche d'avoir ouvert les portes de l'amphithéâtre à un groupuscule armé de barres de bois sachant que ce n'était pas des policiers, contrairement à ce que dit l'ex doyen . Jean-Luc Coronel est soupçonné d'avoir participé aux violences qui ont suivi. Il avait déjà été condamné à trois mois de prison avec sursis pour des violences  volontaires commises en 2013. 

Un témoin a vu Jean Luc Coronel avec le commando

Les deux hommes nient les faits qui leur sont reprochés, mais le procureur de la République Christophe Barret parle lors d'une conférence de presse ce jeudi soir à Montpellier"d'indices graves et concordants". Il s'appuie notamment sur le témoignage d'un membre du personnel de l'université qui dit avoir vu Jean-Luc Coronel prendre contact avec le groupe commando sur le parking  de la faculté.

Les deux hommes ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer en contact l'un avec l'autre, où avec les témoins. Jean-Luc Coronel a également interdiction de se rendre dans les locaux de la faculté de Droit. Une information judiciaire a été ouverte pour violences aggravées avec trois circonstances aggravantes: en réunion, avec armes et avec visages dissimulés.

Les membres du commando ne sont pas identifiés

Jeudi dernier, un groupe d'une dizaine de personnes a fait irruption dans un amphithéâtre de la faculté de Droit de Montpellier pour faire sortir violemment la cinquantaine d'étudiants qui occupaient la salle. Les agresseurs étaient armés de bouts de bois provenant de palettes entreposées sur le parking du personnel de la faculté.

Ces violences ont fait 9 blessés légers. 24 heures après les incidents, le doyen de la faculté présentait sa démission. Il a depuis été officiellement suspendu de ses fonctions tout comme Jean-Luc Coronel  par la ministre de l'enseignement supérieur Frédérique Vidal ce jeudi matin.

140 personnes ont été auditionnées depuis une semaine par les enquêteurs. Le procureur précise qu'aucune personne masquée n'a pu encore être identifiée.