Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le drame de la rue Richelieu à Pau : une rupture dans la mort

mercredi 11 juillet 2018 à 19:27 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu

C'est la perspective d'une rupture qui semble avoir été le mobile de cet homme qui a tué sa femme, son beau-père et la compagne de ce dernier ce mardi dans un appartement de Pau. L'incendie qu'il a déclenché avant de se suicider a également tué son petit garçon.

La façade de l'immeuble du 10 rue Richelieu à Pau
La façade de l'immeuble du 10 rue Richelieu à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

L'enquête sur la mort de cinq personnes dans un appartement mardi matin à Pau se dirige vers l'hypothèse d'un conflit conjugal. Le père de famille a tué sa femme. Elle a été retrouvée ligotée et bâillonnée, la tête dans la baignoire. Elle serait morte par noyade. Le père de cette femme, et sa compagne qui étaient là en visite ont été retrouvé également morts, frappés à la tête à coups de marteau. Le père de famille s'est ensuite ouvert les veines avant de mettre le feu à l'appartement. L'enfant du couple, un garçon de 2 ans serait mort intoxiqué par les fumées.  

Le couple venait de rompre

Elle avait justement rendez-vous, le jour du drame, avec une avocate pour entamer une procédure de divorce. Ils se sont mariés en 2006 en Espagne, dans son village d'origine.  Dans les faits, ce couple était séparé. La semaine dernière, elle a déposé une main courante contre son mari au commissariat de Pau vraisemblablement déjà pour des violences. Elle a aussi confié qu'elle avait peur que son mari parte au Maroc avec son enfant. Elle même a envisagé de fuir vers l'Espagne avec l'enfant. Après cette main courante, pour sa sécurité, comme on le lui a conseillé au commissariat, elle est allée vivre chez une amie,  une collègue de travail. Elle est revenue chez elle samedi, pour accueillir son père et la compagne de celui ci. L'idée était qu'elle parte avec eux en Espagne pour l'été. Elle disait : "Puisque mon père est là, je ne risque rien".