Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le dresseur de l'ours Valentin porte plainte pour harcèlement et menaces de mort contre une association

La bataille entre le montreur d’ours loirétain Frédéric Chesneau et les associations de défense des animaux continue. Le président d’AVES, l'une d'elles, a été entendu par la police de Rouen ce lundi. Le dresseur avait porté plainte contre lui il y a plusieurs mois pour menaces de mort notamment.

L'ours Valentin lors d'une représentation en Haute-Saône
L'ours Valentin lors d'une représentation en Haute-Saône © Maxppp - JC Tardivon

Ferrières-en-Gâtinais, France

C'est un peu le feuilleton de l'été qui n'a rien d'une histoire d'amour. Le bras de fer continue entre plusieurs associations qui défendent la cause animale, et un montreur d'ours du Loiret. En juillet dernier, l'association s'était mobilisée pour empêcher le spectacle de Frédéric Chesneau et son ours Valentin aux Nocturnes de Ferrières-en-Gâtinais, dans le Loiret. Le maire avait même pris un arrêté dans ce sens. Le dresseur d'ours avait finalement obtenu gain de cause devant la justice.

Une plainte pour diffamation, harcèlement et menaces de mort

Nouvel épisode ce lundi : le président de l'association AVES France, une association de protection des espèces menacées, Christophe Coret, était convoqué par la police à Rouen, là où il réside. Il est visé par une plainte pour diffamation, harcèlement, et menaces de mort. Une plainte déposée par le dresseur de l'ours Valentin, dont les représentations un peu partout en France suscite à chaque fois des manifestations, pour dénoncer ce genre de spectacles utilisant des animaux.

"On reçoit des menaces de mort par mail, par téléphone" Frédéric Chesneau

Cette plainte de Frédéric Chesneau remonte déjà à plusieurs mois, bien avant, donc, "l'affaire de Ferrières-en-Gâtinais". Il dit qu'il n'en peut plus des messages haineux des défenseurs de la cause animale sur les réseaux sociaux. "On est harcelés au téléphone et par mail jour et nuit, par des gens qui se disent sympathisants de la cause animale. En ce moment, c'est tous les jours et même toutes les nuits".

Le montreur d'ours vise directement l'association AVES dans sa plainte, car pour lui, c'est elle qui suscite ces messages de haine : "moi j'ai des anonymes qui m'insultent, qui me téléphonent, qui me menacent, mais la seule personne dont j'ai le nom c'est Christophe Coret, le président de l'association, donc c'est contre lui que je porte plainte, et il y a des rappels à la loi qui doivent être faits, selon moi"

Du lobbying et des pétitions pour faire interdire ces spectacles

Christophe Coret, le président de l'association AVES France, a donc été entendu pendant quelques heures par la police. "Mais il n'y a rien dans la plainte, seulement des captures écrans de quelques commentaires sur Facebook et Twitter, que nous n'avions pas eu le temps de modérer".  L'association reconnait que le montreur d'ours n'a jamais été condamné pour maltraitance animale, mais c'est bien le principe même de ces spectacles qu'elle remet en cause.

Christophe Coret dit ne pas comprendre pas pourquoi c'est son association qui est visée. Les messages haineux sur les réseaux sociaux, elle les modère au maximum, les menaces de mort il n'en a pas connaissance, c'est ce qu'il a dit aux policiers : "Nous n'avons pas écrit ces commentaires. Ce ne sont pas nos méthodes".

Nous agissons dans le cadre de la loi mais parfois nos militants ne comprennent pas", Christophe Coret, le président d'AVES France

"Nous, nous agissons dans un cadre légal, nous faisons du lobbying pour faire évoluer la loi, pour faire interdire ces spectacles, mais c'est vrai que parfois nos militants ne comprennent pas que nous ne puissions pas faire plus. Nous leur expliquons, mais nous n'avons rien à voir avec ces messages"

Le montreur d'ours doit participer le 7 septembre prochain à la Fête de la Sange, à Sully sur Loire. L'association AVES France a déjà appelé à une nouvelle mobilisation de ses militants pour l'empêcher. Un nouveau bras de fer en perspective.