Faits divers – Justice

Cher : le Feeling échappe à la fermeture administrative

Par Michel Benoît, France Bleu Berry jeudi 15 octobre 2015 à 16:41

la cour d'appel de Bourges a adouci le jugement du TGI
la cour d'appel de Bourges a adouci le jugement du TGI © Radio France - Michel Benoit

La discothèque de Sancerre dans le Cher était poursuivie pour homicide involontaire. Un jeune homme de 22 ans était mort dans l'établissement après avoir voulu ramasser son portable tombé sur le sol lors d'une soirée mousse en juin 2013.

La cour d’appel de Bourges a été plus clémente que le tribunal de première instance. Fin juin 2013, un jeune homme de 22 ans était mort lors d’une soirée mousse. La discothèque avait été condamnée à une amende 10.000 et à une fermeture d’un mois pour homicide involontaire. La cour d’appel a donc annulé la fermeture pour le grand soulagement du gérant.

Dans la nuit du 29 au 30 juin 2013, un jeune homme est mort étouffé par la mousse. Il avait laissé tomber son téléphone sur la piste. Ivre, il avait plus de 2,70 d’alcool par litre de sang, ce client n’avait pas été capable de se relever en essayant de le ramasser.

La justice reprochait à ce gérant un défaut de surveillance de la piste : un arrêté ministériel assez ancien stipule qu’il faut au moins trois personnes pour surveiller les soirées mousse. Or, il n'y en avait que deux. Me Lacroix, avocat de la discothèque, avait plaidé l’ignorance.

L’enquête avait démontré que le prestataire qui pulvérisait la mousse, faisait travailler ses employés au noir ce soir là. Son responsable a écopé en première instance de six mois de prison avec sursis. Il n'avait pas fait appel. Depuis, cette soirée funeste, le feeling de Sancerre n’organise plus d’animation de ce type.