Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le fils d'une nounou condamné pour avoir exhibé son sexe devant des enfants dans le Territoire de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Un jeune de 19 ans originaire du nord du Territoire de Belfort a été condamné ce mercredi à 18 mois de prison avec sursis et 3 ans de mise à l'épreuve pour corruption de mineur. Il reconnaît s'être exhibé devant deux frères gardés par sa mère, assistante maternelle.

Le tribunal correctionnel de Belfort a condamné ce mercredi un jeune de 19 ans pour corruption de mineur
Le tribunal correctionnel de Belfort a condamné ce mercredi un jeune de 19 ans pour corruption de mineur © Radio France - Adeline Divoux

Territoire de Belfort, France

Un habitant du nord du Territoire de Belfort a été reconnu coupable, ce mercredi par le tribunal correctionnel de Belfort, de corruption de mineur. Il a été jugé pour avoir "exhibé ses organes génitaux et incité deux jeunes frères à toucher, lécher et manger son sexe". Cet homme, âgé de 19 ans était encore lycéen au moment des faits. Ses victimes sont deux garçons de 3 et 6 ans : ils étaient gardés par la mère de l'agresseur, assistante maternelle. Le jeune homme a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, 3 ans de mise à l'épreuve avec obligation de travailler, de se soigner. Il a également interdiction d'entrer en contact avec les victimes et d'exercer, à vie,  une activité en lien avec des mineurs. Il est désormais inscrit au fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes.

Les agressions ont eu lieu au domicile de la nounou 

Ce sont les parents qui découvrent les faits lors du bain quotidien des deux frères en juin 2019. Le plus petit fait un mouvement de va-et-vient avec son sexe en disant que "le fils de la nounou le fait souvent". Peu à peu les deux victimes, racontent les scènes d'abord à leurs parents, puis lors d'auditions.

Ils sont gardés par leur assistante maternelle, surnommée affectueusement "Tata". Alors qu'elle a le dos tourné, son fils vient sur le canapé leur montrer "sa zouzoute", son sexe et leur demande de le "lécher et de le croquer". Les faits se sont déroulés à plusieurs reprises. 

Le lycéen reconnaît les faits, et parle de "voix" qui auraient provoqué ses actes

L'agresseur reconnait s’être exhibé, mais nie avoir demandé des fellations. Il admet également que les enfants lui ont touché le sexe. A l'audience, habillé en jean, baskets et sweat à capuche, il s'embarque ensuite dans une explication assez alambiquée. Il aurait été victime à l'âge de 4 ans d'un exhibitionniste : "on jouait à la pétanque, un monsieur a baissé sa vitre et a joué avec son sexe". Après la mort de sa grand mère il serait tombé "sans le vouloir" sur une vidéo sur Internet avec un petit garçon qui touche le sexe d'un homme : "ça m'a troublé, et depuis quand je me retrouvais avec un garçon j'avais cette vidéo en tête avec une petite voix qui me disait de faire la même chose". Autant de faits, qui expliqueraient selon lui, ses gestes.

Ridicule!

Pour le procureur Frédéric Lutz, son explication est tout simplement "ridicule! Si on est choqué, on la ferme cette vidéo, on ne va pas se la repasser dans sa tête. Elle a juste excité vos pensées existantes. Vous dites cela pour diminuer vos responsabilités, pouvoir vous regarder dans une glace. La vérité c'est que vous avez des pulsions pédophiles". Le magistrat, qui se dit "inquiet face à la dangerosité du prévenu et à sa stratégie d'évitement" requiert alors 18 mois de prison dont 12 mois avec sursis et 3 ans de mise à l'épreuve. Le tribunal ne suit pas les réquisitions et le condamne à 18 mois de prison avec sursis et 3 ans de mise à l'épreuve.

L'agresseur suivi par un psychologue

Maître Madeline Legrand, avocate du jeune homme, insiste sur le fait que son client est "conscient de la gravité des choses. Il a eu la force et le courage de reconnaître les faits devant ses parents, devant les policiers, devant les magistrats et à l'audience. Il n'est pas dans une stratégie d'évitement. Il a pris un contact avec un médecins pour essayer de s'en sortir".

Les victimes traumatisées

Les parents des victimes prennent à leur tour la parole, racontent comment les enfants, suivis par un psychologue ne font plus leur nuits. "On pense qu'on est très loin de connaître toute la vérité sur cette affaire. Nous sommes effondrés depuis, on y pense tout le temps notre vie n'est plus comme avant". L'enquête a montré qu'il n'y avait pas d'autres victimes, par ailleurs la mère a arrêté de travailler comme assistante maternelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu