Faits divers – Justice

Le gendarme héraultais disparu depuis trois mois à la Réunion est-il toujours vivant ?

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault dimanche 17 septembre 2017 à 10:26

Mathieu Caizergues, disparu depuis le 23 juin 2017 à la Réunion.
Mathieu Caizergues, disparu depuis le 23 juin 2017 à la Réunion. - DR

Mathieu Caizergues, un gendarme mobile de 24 ans est porté disparu depuis le 23 juin dernier. Lors d'une randonnée avec deux collègues, il se volatilise. Mais samedi dernier, une famille dit l'avoir croisé lors d'un pique-nique : l'homme désorienté serait venu leur demander de l'eau.

Mathieu Caizergues, un gendarme mobile de 24 ans est porté disparu depuis le 23 juin dernier. Originaire de Saint-Drézéry dans l'Hérault, il s'est volatilisé après une randonnée avec deux collègues dans l'ouest de l'île de la Réunion. Son dernier signe de vie : un selfie envoyé via l'application Snapchat à ses proches, où l'on voit que l'homme a une plaie au-dessus de l'oeil. Depuis, plus rien.

Mais samedi dernier, une famille part pique-niquer dans le sud de l'île. Pendant le repas, un homme, désorienté, vient à leur rencontre. Aucun doute pour eux : il s'agit bien du disparu.

Un bidon d'eau vide comme espoir

D'après les témoins, les gendarmes mettent plus de trois heures à arriver sur les lieux. Ils ne s'alarment pas, ne déclenchent pas de nouvelles recherches et pour eux, les descriptions de l'homme qu'ils ont vu ne correspondent pas à Mathieu Caizergues.

Pourtant, six d'entre eux sont formels. Le visage de Mathieu, ils l'ont vu partout : placardé sur les murs, à la télévision et sur internet. Ce serait lui, barbu, amaigri, désorienté qui serait venu leur demander de l'eau. L'homme a laissé sur place un bidon de 5L d'eau vide. Ce bidon doit subir des analyses de la part des gendarmes.

La maman de Mathieu, Delphine Caizergues, espère qu'ils trouveront une trace ADN sur le goulot ou des empreintes digitales, mais d'après elle, les lieux sont jonchés de bouteilles. L'homme aurait très bien pu avoir ramassé ce bidon sur sa route, sans jamais l'avoir porté à sa bouche et sans avoir eu le temps d'y laisser son empreinte "à moins d'avoir les mains moites".

"Je ne reviendrai pas tant que je n'aurai pas parlé à mon fils"

La mère de Mathieu Caizergues est retournée de manière anticipée à la Réunion et sur place, continue les recherches grâce à des habitants qui connaissent les lieux. "Je suis sûre qu'il est vivant, nous avons plusieurs témoignages qui concordent : ils donnent tous un détail que nous ne connaissions pas nous-même. Toujours le même détail. Je ne veux pas en parler pour ne pas influencer d'autres témoins. On m'a aussi parlé de son accent, plus pointu que le mien, de sa gentillesse. À chaque fois, on me décrit mon fils". D'autant que ces témoignages sont crédibles pour elle : "Les gens laissent leurs numéros de téléphone, leurs adresses, on les rencontre."

Je pense qu'il a pris un mauvais coup sur la tête, qu'il a disjoncté. Mais il est vivant. Les témoignages concordent.

Delphine Caizergues garde espoir : "Je ne reviendrai pas de la Réunion, tant que je n'aurai pas parlé à mon fils."

La page Facebook des recherches : Retrouvons Mat