Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le gendre des réfugiés syriens installés à Joué-les-Tours condamné à sept ans de prison en Grèce

jeudi 30 novembre 2017 à 12:01 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Un Français, arrêté en août 2015 alors qu'il tentait de faire sortir irrégulièrement sa belle-famille syrienne de Grèce, a été condamné mercredi à sept ans de prison par la justice grecque. Sa belle-famille installée aujourd'hui à Joué-les-Tours a obtenu depuis l'asile en France pour 10 ans.

Ce Français de 42 ans a été condamné à sept ans de prison par la justice grecque pour avoir tenté de faire sortir irrégulièrement sa belle-famille syrienne de Grèce
Ce Français de 42 ans a été condamné à sept ans de prison par la justice grecque pour avoir tenté de faire sortir irrégulièrement sa belle-famille syrienne de Grèce © Maxppp -

Stéphane Pélissier, un Français arrêté en août 2015 alors qu'il tentait de faire sortir irrégulièrement sa belle-famille syrienne de Grèce, famille aujourd'hui installée à Joué-les-Tours, a été condamné mercredi à sept ans de prison, rachetables en vertu de la loi grecque pour 13.000 euros. Il ne se s'est pas rendu à son procès. Cette famille de 4 personnes a obtenu l'asile en France pour 10 ans après avoir fuit la guerre. Ces réfugiés avaient failli mourir en août 2015 lors d'une première traversée en canot entre la Turquie et la Grèce. C'est au moment de la deuxième traversée entre la Grèce et l'Italie que Stéphane Pélissier, leur gendre, les a rejoint, pour ne pas les laisser aux mains des passeurs.

Pris pour un passeur

Le problème, c'est que cet homme de 42 ans, juriste, a lui-même été pris pour un passeur, bien qu'il ait produit son livret de famille. Il avait été retenu une journée avant d'être libéré contre une caution de 300 euros. Mercredi, le procureur a requis six ans de prison ferme, sur dix encourus, dans ce tribunal qui a à juger de nombreux cas de trafics de migrants irréguliers. Les sept ans de prison finalement prononcés par les juges sont assortis de la possibilité de les commuer en une amende de cinq euros par jour de peine, soit un peu moins de 13.000 euros. En prononçant son jugement, le tribunal a indiqué reconnaître les circonstances atténuantes à M. Pélissier, au motif juridique qu'il n'avait pas agi pour de l'argent.