Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le gérant d’une boutique de "cannabis légal" à Dijon présenté à un juge d'instruction

mercredi 18 juillet 2018 à 13:44 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Il a été interpellé par la police ce mardi en fin d’après-midi, jour de l’ouverture de la boutique Bestown, et présenté à un juge d'instruction ce mercredi pour détention, transport, offre ou cession de stupéfiants. Une perquisition réalisée dans son magasin a permis de trouver des stupéfiants.

La boutique Bestown se trouve rue de Montchapet.
La boutique Bestown se trouve rue de Montchapet. © Radio France - Lila Lefebvre

Dijon, France

Lors d'une perquisition mardi à la boutique de vente de "cannabis légal" Bestown, qui ouvrait le jour même rue Monchapet à Dijon la police a trouvé toute une série de stupéfiants évidemment interdits à la vente. Herbe de cannabis, de l'huile, du sirop, du pollen, des cristaux. Une majorité d'entre eux ont réagi positivement à un test de présence de tétrahydrocannbinol (THC), ce sont donc bien des stupéfiants. 

Son gérant a été placé en garde à vue pour détention, transport, offre ou cession de stupéfiant, il était présenté ce mercredi soir devant un juge d'instruction. Le parquet a sollicité le placement sous contrôle judiciaire du gérant , avec notamment l'interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec les infractions, et a demandé la fermeture de la boutique pour une durée de six mois. 

"Dès que la boutique a été ouverte, et qu’on a constaté la présence de clients, il y avait donc flagrance", - Éric Mathais, procureur de la République de Dijon.

Le parquet de Dijon avait été prévenu de l’ouverture prochaine de boutiques de vente prétendument légale de cannabis et avait donc chargé la police d’une enquête préliminaire. « Dès que la boutique a été ouverte, et qu’on a constaté la présence de clients, il y avait donc flagrance (de vente en direct) », précise le procureur de la République Eric Mathais. 

Un suspect déjà arrêté pour trafic de stupéfiant

Le parquet précise que toutes les boutiques de vente de cannabis qui ouvrent à Dijon font l'objet d'une enquête de police.