Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Le gilet jaune du Jura en détention provisoire à Paris depuis plus de 3 mois , remis en liberté

vendredi 15 mars 2019 à 19:58 Par Virginie Vandeville, France Bleu Besançon

Antoine, 27 ans, un gilet jaune originaire du Jura vient d'être remis en liberté ce vendredi. Il étai en détention provisoire à Fleury-Mérogis depuis plus de trois mois. Il lui était reproché d'avoir éborgné un policier pendant l'acte 2 des gilets jaunes à Paris.

Antoine, un gilet jaune du Jura,  a été remis en liberté ce vendredi après trois mois de détention à la prison de Fleury-Mérogis
Antoine, un gilet jaune du Jura, a été remis en liberté ce vendredi après trois mois de détention à la prison de Fleury-Mérogis

Franche-Comté, France

Antoine, un Jurassien, de 27 ans vient d'être remis en liberté ce vendredi, après avoir passé trois mois en détention provisoire à la prison de Fleury-Mérogis.  .Il lui était reproché d'avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre pendant l'acte 2 des gilets jaunes, le 24 novembre dernier, provoquant une blessure grave : la perte d'un œil d'un policier. Son avocat est soulagé.

"Un dossier vide", pour les avocats d'Antoine 

Depuis trois mois, sa famille et ses avocats contestent la version donnée par la Préfecture de police de Paris. Elle affirme qu'un policier a perdu l'usage de son œil.  Avec cette remise en liberté, "les juges d'instruction sont revenus à la raison et face à la faiblesse des éléments à charge, n'ont eu d'autre choix que de remettre en liberté Antoine", assure maître Martin Méchin , l'un des avocats d'Antoine.  Une décision encourageante pour l'avocat d'Antoine. 

Un policier présent sur les lieux, ce vendredi, lui assure toujours qu'Antoine est responsable de la perte de l’œil de son collègue "malgré  l'absence de photos et de vidéos pouvant confirmer cette version", ajoute maître Martin Méchin.

Si Antoine a été remis en liberté, il reste mis en examen.