Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le gouvernement renonce à la construction d'une nouvelle prison en Vendée

jeudi 4 octobre 2018 à 16:45 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Une nouvelle prison devait être construite en Vendée, mais le projet est finalement abandonné par le gouvernement. Cette décision provoque la colère du monde judiciaire et des élus.

Le maison d'arrêt de la Roche-sur-Yon
Le maison d'arrêt de la Roche-sur-Yon © Radio France - Emmanuel Sérazin

Vendée, France

L'information a été révélée ce jeudi matin par nos confrères du Sans-Culotte 85. Le gouvernement renonce à la construction d'une nouvelle prison dans le département de la Vendée.

Le gouvernement de François Hollande avait acté la construction d'une nouvelle prison, mais depuis l'élection d'Emmanuel Macron, le dossier n'a guère évolué. Depuis le début de l'année, les villes de la Roche-sur-Yon et Fontenay-le-Comte ont bataillé pour recevoir l'implantation de ce nouvel établissement pénitentiaire. Mais aujourd'hui, le dossier est abandonné.

C'est une douche froide, car la construction était actée par le précédent gouvernement. Cette décision aura des conséquences dramatiques sur le plan humain, tant pour les surveillants que les détenus." - Me François-Hugues Cirier, bâtonnier de la Roche-sur-Yon

Une décision scandaleuse pour Bruno Retailleau

Depuis l'annonce de la nouvelle, les réactions se multiplient. Le sénateur de Vendée Bruno Retailleau dénonce dans un communiqué "une décision scandaleuse pour notre département dont les prisons figurent parmi les plus surpeuplées de France". Selon l'Observatoire International des Prisons, la maison d'arrêt de la Roche-sur-Yon affichait un taux d'occupation de 208% au 1er janvier dernier, et celle de Fontenay-le-Comte un taux de 194%.

Je ne suis pas vraiment surpris, car le gouvernement avait annoncé sa volonté de privilégier une application différente des peines, au lieu de construire des nouvelles places. Nous allons maintenant demander la rénovation de la maison d'arrêt." - Luc Bouard, maire de la Roche-sur-Yon

A l'inverse, la surprise est totale pour le maire de Fontenay-le-Comte. "Nous avons rencontré le député Pierre Henriet ces derniers jours, et il nous a assuré que la Garde des Sceaux allait bientôt nous confirmer l'implantation à Fontenay", s'étonne Jean-Michel Lalère, avant de pointer du doigt son homologue yonnais : "_la rivalité relancée par le maire de la Roche-sur-Yon a montré au gouvernement qu'il n'y avait pas d'unanimité chez les élus vendéens_, et je pense que cela a pesé dans l'abandon du projet".

Un serpent de mer

Le dossier de la nouvelle prison vendéenne est ouvert depuis plusieurs années. En février 2017, le Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas avait adressé une lettre au député du Sud-Vendée Hugues Fourage pour lui confirmer la construction d'un nouvel établissement à Fontenay-le-Comte.

Après l'élection d'Emmanuel Macron, le maire de la Roche-sur-Yon avait relancé la candidature de sa ville pour accueillir ce nouvel établissement pénitentiaire.

Lors de sa visite à la Mothe-Achard au printemps dernier, la ministre de la Justice Nicole Belloubet expliquait que la décision n'était pas arrêtée, et qu'elle serait prise à l'automne. Ce jeudi, le couperet est tombé.