Faits divers – Justice

Le grèviste de Proségur accidenté à Valence est décédé

Par Nathalie De Keyzer et Florence Gotschaux, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 29 septembre 2015 à 17:27

Une minute de silence des Proségur devant le tribunal
Une minute de silence des Proségur devant le tribunal © Radio France - Laureline Dubuy

Le salarié de Proségur, percuté par un camion il y a 15 jours à Valence est mort. L'homme avait été renversé sur le piquet de grève devant la société de transports de fonds. Il a donc succombé à ses blessures ce mardi midi.

 Ce père de famille de 46 ans, a été fauché par un camion le lundi 14 Septembre dans l'après-midi.  Un choc d'une très grande violence:  le chauffeur semble avoir abordé trop vite le virage juste avant le site de Proségur dans la zone des Auréats. Le salarié, un ancien SPAHIS, a été projeté à plusieurs mètres de distance. Il se trouvait depuis dans un état critique. Il a succombé à ses blessures ce mardi en milieu de journée.

Un véritable drame

D'après certains de ses collègues, son décès n'est hélas pas vraiment une surprise. Le père de famille était entre la vie et la mort depuis deux semaines. C'est en revanche  un véritable drame  pour tous les salariés de Proségur, en grève depuis dix-neuf jours maintenant. Tous sont extrêmement choqués. "Quand on se lance dans un conflit, on ne pense pas que ça peut se finir comme ça", a confié l'un de ses collègues après l'annonce de ce décès.

Une minute de silence


Le mouvement social qui se poursuit est extrêmement pénible à vivre pour les collègues de la victime, qui dans ce contexte si particulier ne comprennent pas l'entêtement de la direction à ne faire aucune concession. Ce lundi, une énième réunion à Saint-Étienne, en préfecture n'a rien donné. Pire, la direction a assigné quinze salariés du site stéphanois en justice pour usage abusif du droit de grève. Devant le palais de justice de Saint-Étienne, avant l'audience ce mardi après-midi, les employés venus soutenir les salariés assignés, ont fait une minute de silence à la mémoire de leur collègue valentinois qui vient de mourir.