Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le groupe AZF, interpellé mardi matin, n'avait agi qu'en Haute-Vienne

mardi 26 juin 2018 à 19:38 Par Jérôme Edant, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Trois personnes soupçonnées de constituer le groupe terroriste "AZF" ont été interpellées ce mardi matin en France. En 2004, ce groupe avait menacé de saboter le réseau ferré français et avait posé une bombe sous la ligne Paris-Limoges sur le viaduc de Rocherolles à Folle.

Une bombe avait été découverte en février 2004 près du viaduc de Rocherolles à Folles en Haute-Vienne
Une bombe avait été découverte en février 2004 près du viaduc de Rocherolles à Folles en Haute-Vienne - © Google Map

Limousin, France

Quatorze ans après les faits, le groupe terroriste AZF a été démantelé selon la police. Trois personnes (2 hommes et 1 femme) ont été arrêtées mardi matin dans le Loiret, l'Yonne et en Seine et Marne. En 2003 et 2004, ce groupe avait menacé de faire sauter le réseau ferré français afin obtenir une rançon de l'Etat.

Cette affaire avait eu un grand retentissement en Limousin, puisque le seul acte concret de ce groupe a eu lieu en Haute-Vienne : une bombe prête à exploser a été retrouvée le 21 février 2004 sous la ligne Paris-Limoges, à Folles près du célèbre viaduc de Rocherolles. Une lettre envoyée par ce groupe AZF à l'Elysée et au ministère de l'intérieur avait signalé sa présence.

Une bombe impossible à découvrir sans indications

L'engin explosif était enterré à 30 cm sous le basalte. Impossible de la découvrir sans les indications de cette lettre anonyme. A l'époque, l'intervention des démineurs avait été très discrète, personne dans les alentours n'avait rien décelé. Cet épisode a donc montré que la menace du groupe AZF devait être prise au sérieux, même si les échanges de rançon ont tourné court et que le mystérieux groupe n'avait plus donné aucune nouvelle.

Une alerte en Creuse 3 ans plus tard

Si ce n'est un message anonyme en mars 2007 : en Creuse, une bombe aurait été déposée sur le viaduc métallique de Busseau sur Creuse sur la ligne Bordeaux Lyon. Peut-être une simple plaisanterie car là, aucun engin explosif n'a jamais été découvert.