Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le handicap dû à l'électrosensibilité reconnu par la justice française

mercredi 26 août 2015 à 11:19 - Mis à jour le mercredi 26 août 2015 à 11:37 Par Samanta E. Eyoum, France Bleu

Pour la première fois, la justice française a reconnu l'existence d'un handicap grave dû à l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, a déclaré mardi l'association Robin des Toits qui milite pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil. Un jugement reconnait, après expertise médicale, que la plaignante, Marine Richard, souffre de ce syndrome.

Première reconnaissance en justice de handicap dû à l'électrosensibilité.
Première reconnaissance en justice de handicap dû à l'électrosensibilité. © maxPPP

La justice française a reconnu pour la première fois ce mardi l'existence d'un handicap grave dû à l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques . Dossier sensible à l'époque où téléphones mobiles et wifi sont omniprésents. 

Une publication début juillet

Un jugement du Tribunal du contentieux de l'incapacité de Toulouse a confirmé que Marine Richard, la plaignante, est victime d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. La publication du dossier était passé inaperçu début juillet. Cependant, l'expertise médicale prouve que Mme Richard souffre d'un syndrome dont "la description des signes cliniques est irréfutable" .

C'est l'association Robin des Toits, qui milite pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, qui a transmis ce mardi le jugement à l'AFP. Le jugement en question évalue la déficience fonctionnelle de la plaignante à 85%, estimant ainsi qu'elle ne peut pas travailler. Le droit a une allocation pour adulte lui sera accordé (environ 800 par mois, aide technique et aménagement de son logement). Valable trois ans, cette allocation sera éventuellement renouvelable.

"Cette reconnaissance par la justice est une grande première en France" -Etienne Cendrier, porte-parole de Robin des Toits

Ce dossier pourrait faire jurisprudence . En effet, l'avocate de Mme Richard, Alice Terrasse, n'a pas trouvée de jurisprudence sur le sujet, ce qui semble confirmer que le jugement de Toulouse est une première en France . "Des milliers de personnes sont concernées mais n'ont pas saisi les tribunaux jusqu'à aujourd'hui" dit-elle.

"C'est une percée"

Marine Richard, 39 ans, ancienne dramaturge et réalisatrice de documentaires radio, est originaire de Marseille. Elle vivait jusque-là de l'aide de sa famille, recluse dans les montagnes ariègeoise en raison de son handicap , dans une ancienne grange retapée, sans électricité, avec l'eau d'une source et deux mètres de neige en hiver.

L'hypersensibilité aux ondes magnétiques n'était pas reconnue officiellement en France comme maladie et continue de faire l'objet de controverses. Elle se traduirait par des troubles du sommeil, des maux de tête, picotements, des symptômes divers, communs à de nombreuses affections. Les antennes-relais, portables, téléphones sans fil ou wifi sont souvent cités par les individus qui se déclarent "hypersensibles"'.