Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Havre : agression sexuelle d'une résidente de 91 ans dans une maison de retraite

Samedi dernier, un résident de l'Ehpad Pasteur au Havre a agressé sexuellement une autre résidente, âgée de 91 ans. Sa famille a porté plainte. L'agresseur présumé a été transféré dans une autre résidence.

Les faits se sont déroulés samedi 13 juillet en fin de journée
Les faits se sont déroulés samedi 13 juillet en fin de journée © Maxppp - Photo d'illustration

Le Havre, France

Les faits se sont déroulés samedi dernier peu avant 18 heures dans une aile de l'Ephad public Pasteur au Havre. Ils ont été révélés par Paris Normandie ce jeudi.

"Un résident qui souffre de troubles cognitifs sévères est entré dans la chambre d'une résidente âgée de 91 ans et l'a agressé sexuellement", nous confirme l'un des membres de la direction de l'Ehpad. Selon nos informations, l'agresseur présumé souffre de démence. Et à nos confrères de Paris Normandie, la directrice par intérim de l'Ehpad explique que "au vu de ses troubles, il ne s'agit pas d'une agression délibérée".

La famille de la victime porte plainte

La famille de la victime a porté plainte et une enquête de police est en cours. L'auteur présumé de l'agression sexuelle a été transféré dans un autre établissement.

"2 agents pour 30 résidents au moment de l'agression", selon la CGT

Ce jeudi en début d'après-midi, une vingtaine de membres de la CGT se sont rassemblés devant l'Ehpad Pasteur. "Nous sommes en grève depuis le 10 juin pour dénoncer le manque d'effectifs. Au moment de l'agression, il n'y avait que deux soignants pour trente résidents. Avec plus de personnel, ça aurait pu être évitée", témoigne l'une des responsables de la CGT.