Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le jeune Albanais auteur des coups de couteau sur l'esplanade replacé en foyer sous contrôle judiciaire

mercredi 12 septembre 2018 à 7:03 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault

L'auteur des coups de couteau de vendredi soir sur l'esplanade à Montpellier est rentré dans son foyer. Il est mis en examen placé sous contrôle judiciaire. Un autre mineur (non isolé) qui s'était introduit dans le lycée le jour de la rentrée a été arrêté, il sera jugé le 1er octobre.

Illustration
Illustration © Maxppp -

Montpellier, France

L'adolescent albanais soupçonné d'avoir blessé avec un couteau le père et l'oncle d'un lycéen de Joffre vendredi soir à Montpellier a été mis en examen pour violence en réunion avec un couteau et a été placé sous contrôle judiciaire. Il est retourné dans son foyer d'hébergement. Environ 400 jeunes étrangers, mineurs non accompagnés comme on les appelle, sont ainsi accueillis dans le département de l'Hérault.

Contrairement aux adultes, ils ne relèvent pas seulement du droit des étrangers, ils dépendent aussi du droit des enfants et de ce fait, ils bénéficient des mêmes droits qu’un enfant français en danger. En tant que mineurs, ils sont pris en charge dans le cadre du dispositif français de la protection de l’enfance. Ils ne peuvent pas faire l’objet d’une mesure d’éloignement.   

Véronique Calueba Rizzolo conseillère départementale déléguée à l'enfance explique pourquoi on ne peut pas les renvoyer dans leur pays

Le conseil départemental veille au grain

Les services d’Aide sociale à l’enfance accueillent ces jeunes et sont chargés d’évaluer leur situation c'est à dire d'établir s’ils sont effectivement mineurs.

Ce n'est qu'ensuite qu'ils peuvent être scolarisés, réinsérés dans la société.  Le problème c'est le délai souvent très long pour effectuer ces vérifications : certains n'ont pas de papiers, il y a la barrière de la langue. Pendant cette période qui peut durer plusieurs mois, certains adolescents tombent dans la délinquance malgré l'encadrement par des éducateurs. "Les jeunes Albanais mis en cause dans les violences de l'esplanade avaient vu leur éducateur le matin même. L'après-midi ils avaient une permission de sortie et ils ont commis des actes intolérables mais on ne peut pas dire qu'ils sont livrés à eux-mêmes"  estime la conseillère départementale déléguée à l'enfance Véronique Calueba Rizzolo.

Véronique Calueba Rizzolo estime que ces jeunes ne sont pas livrés à eux même

En 2016, l’Assemblée des départements de France estimait le coût de la prise en charge des mineurs isolés à 1 milliard d’euros ( 4 millions par an dans l'Hérault)

Le premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé le 20 octobre dernier une enveloppe de 132 millions d’euros supplémentaires dans le budget 2018 pour faire face aux surcoûts engendrés par la hausse du nombre de mineurs isolés.