Faits divers – Justice

Le jeune fiché S quitte le centre de Pontourny

Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine vendredi 30 septembre 2016 à 19:42

le centre de Pontourny accueille actuellement 6 jeunes
le centre de Pontourny accueille actuellement 6 jeunes © Maxppp - Maxppp

David, 23 ans, "fiché S" et dont la présence au centre de Pontourny avait été révélée en début de semaine par le journal La Voix du Nord, va quitter le centre de Beaumont en Véron. Satisfaction pour les élus, mais le maire de Beaumont veut des garanties pour qu'un tel problème ne se représente plus.

David 23 ans va donc quitter le centre de Beaumont en Véron. Le jeune homme arrivé en début de semaine n'a finalement pas sa place dans ce centre de réinsertion. Le préfet d'Indre et Loire a réuni hier soir - vendredi 30 septembre - le comité de suivi avec les élus et les personnels du centre : le jeune aura quitté le centre dans les prochains jours.

Louis Le France Préfet d'Indre et Loire : "Pour ce jeune, la décision a été prise qu'il ne reste pas dans le centre, tout d'abord pour des raisons de sérénité, le centre et les éducateurs ont besoin de sérénité pour fonctionner. Mais on ne le laisse pas tomber, il était volontaire et une nouvelle structure va l'accueillir d'ici peu. Ce centre a ouvert il y a très peu de temps et pour qu'il réussisse sa mission il faut de la sérénité y compris pour les riverains qui sont très inquiets"

La présence de ce jeune homme au centre de Beaumont en Véron qui s'est dit lui-même fiché S a été vécu comme une trahison par la population et les élus puisque le jeune homme a été condamné pour violences volontaires. Satisfaction pour les élus qui voit dans cette décision le respect d'une de leur demande faite fin août au gouvernement. Laurent Baumel député socialiste du chinonais : "Après notamment les attentats de Nice et Saint Etienne du Rouvray, il nous avait paru nécessaire de signaler que des individus en phase de radicalisation précoce peuvent être aussi des gens violents et nous avions donc demandé que soient exclus de Pontourny les gens qui auraient pu être condamnés pour des faits de violence aux personnes".

Pour Jean Luc Dupont le maire les Républicains de Chinon, il s'agit de faire respecter les engagements et rassurer les populations : "on s'est engagé depuis le début sur un cahier des charges précis de mise en œuvre et donc ça permet de clarifier les choses et ça permet à nos populations _de rester ici et d'être rassurées_"

Pour le maire de Beaumont en Véron, Bernard Chateau, le départ de ce jeune de 23 ans n'est pas totalement un soulagement: " j'en prends acte, mais ce n'est pas le cas de ce jeune homme en particulier qui me pose problème, je ne veux pas que cela se reproduise et je veux pour cela des garanties qu'une telle situation ne se reproduira pas"

La nouvelle structure d'accueil du jeune homme a d'ores et déjà été trouvée. Le jeune homme aura quitté le centre d'ici quelques jours.Au cours de la conférence de presse à l'issue de ce comité de suivi, le Préfet d'Indre et Loire a tenu à mettre les choses au point face a -t-il dit à un _"nouvel emballement des médias" : concernant le casde cettepersonne, David 23 ans, _il a en effet plusieurs condamnations, il a été proposé par la Préfecture de son département sur les critères établis par le Ministère de l'Intérieur et lorsqu'il a été retenu pour venir à Pontourny le critère de violence ne faisait pas partie de la liste des exclusions. Les élus tourangeaux ont spécifiquement demandé fin août à Matignon que ce critère soit ajouté : c'est donc pour cette raison qu'il a été décidé de ne pas garder David. Il sera pris en charge par d'autres structures.

"L'acceptabilité locale est un élément très important" Louis Le Franc Préfet d'Indre et Loire

C'est une souffrance pour ce jeune, pour tout le monde. Depuis le premier jour, il est informé de la polémique que créée sa présence dans le centre, mais nous avons trouvé une solution et il partira d'ici quelques jours a précisé le Directeur du centre. le Centre accueille actuellement 6 personnes : 3 hommes et 3 femmes. Aucune visite de proches ou de la famille n'est prévue ni organisée. Quand quelqu'un est "fiché S" a précisé le Préfet c'est un indicateur de surveillance et pas de dangerosité. en Indre et Loire, 74 personnes sont particulièrement repérées dont 10 sont fichées S.