Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le jeune homme interpellé à Colombes va porter plainte auprès de l'IGPN

-
Par , France Bleu Paris

L'avocat du jeune de 21 ans, interpellé jeudi soir et victime d'un ou plusieurs coups de matraque, à la frontière entre Asnières-sur-Seine et Colombes, va porter plainte lundi auprès du parquet de Nanterre. Il demande aussi à ce que son client soit reçu par l'IGPN pour une deuxième plainte.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Vincent Michel

L'interpellation, filmée, a fait le tour des réseaux sociaux depuis jeudi soir. À la frontière entre Asnières-sur-Seine et Colombes, la police a arrêté un jeune homme de 21 ans, en faisant usage d'une matraque, le blessant à la tête, ce qui a nécessité son hospitalisé. Contacté par France Bleu Paris, son avocat, Thomas Ramonatxo, explique qu'il va déposer plainte lundi. Tout d'abord auprès du parquet de Nanterre. Et ensuite, auprès de l'IGPN, la police des polices. 

"Dans cette affaire, on fait tout pour ne pas m'aider", dit-il. Il explique avoir tenté, dans le week-end, d'obtenir un rendez-vous au commissariat pour que son client dépose plainte pour 'violence par personne dépositaire de l'autorité publique'. Mais il s'est heurté à un refus.

Refuser une enquête indépendante pour faire la lumière sur ce qu'il s'est passé, c'est courir le risque de mettre le feu aux poudres dans le quartier et ça m'interpelle

L'avocat ne comprend pas qu'aucune enquête ne soit ouverte par le parquet de Nanterre. "Refuser une enquête indépendante pour faire la lumière sur ce qu'il s'est passé, c'est courir le risque de mettre le feu aux poudres dans le quartier et ça m'interpelle." 

Depuis jeudi, la police campe sur sa version. Elle explique qu'elle est appelée pour tapage nocturne et qu'au moment de l'intervention, un des jeunes se montre menaçant, s'avance vers une policière, isolée de ses collègues, qui utilise alors sa matraque pour le neutraliser. Combien de fois ? Impossible à dire. Mais l'avocat parle de plusieurs coups.   

L'avocat se pose la question de l'usage proportionné de la force

"Il a eu une fracture du nez, a l'épaule luxée, et a dû se faire poser des points de sutures à l'arcade, assure Thomas Ramonatxo. Il faut m'expliquer comment est-ce possible avec un seul coup de matraque. Il est tombé au sol inconscient lors du premier coup et a quand même dû être réanimé par les pompiers."

Placé en garde à vue, après son hospitalisation, le jeune homme est ressorti libre sans aucune charge retenue contre lui, confirme le parquet de Nanterre. Pas même outrage à agent. Ce qui, pour Thomas Ramonatxo, pose la question de l'usage proportionné ou non de la force. "Il y a quand même quelque chose de bizarre. Si la policière s'était vraiment sentie menacée, pourquoi n'a-t-elle pas utilisé un taser ou fait une clé de bras à la place ? Bref, quelque chose de moins violent. C'est pour ça que nous déposons plainte."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess