Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU - Le jeune Isérois qui avait appelé à "la purge" veut porter plainte contre le ministre de l'Intérieur

mercredi 7 novembre 2018 à 17:59 Par Justine Dincher, France Bleu Isère et France Bleu

D'après nos informations, l'étudiant grenoblois, à l'origine du premier message appelant à "la purge" des policiers pendant la nuit d'Halloween, veut porter plainte contre Christophe Castaner. Il estime que la réaction du ministre de l'Intérieur a été "disproportionnée".

Le jeune Isérois qui avait appelé à "la purge" des policiers veut porter plainte contre Christophe Castaner.
Le jeune Isérois qui avait appelé à "la purge" des policiers veut porter plainte contre Christophe Castaner. - DR / Maxppp

Grenoble, France

Il s'attaque au ministre de l'Intérieur. D'après nos informations, l'Isérois de 19 ans, qui avait appelé sur les réseaux sociaux à "une purge" des policiers pendant la nuit d'Halloween, est en colère contre Christophe Castaner, il compte porter plainte à son tour. Le ministre de l'Intérieur avait affirmé que ce jeune serait poursuivi, alors que c'est la justice seule qui peut prendre cette décision. L'étudiant sera jugé le 28 novembre prochain pour "provocation, non suivie d'effet, au crime ou délit".

Une double sanction

"Son intention idiote, c'était de créer le buzz pour avoir plus d'amis sur les réseaux sociaux", explique son avocat qui parle d'un jeune qui n'a aucun problème avec les policiers, "il a des relations tout à fait normales avec la police, il n'a jamais eu l'intention de lui faire du mal".

"Il ne ressemble pas du tout à celui qu'on a présenté dans les médias" — Ronald Gallo, avocat

Son client, étudiant en économie-gestion à Grenoble, s'est dit dépassé par l'impact de son message sur Internet. "Il s'est laissé aller à un mouvement dont il n'a pas l'initiative, ce n'est pas lui qui créée son histoire de purge parce que ça ne lui ressemble pas du tout", d'après l'avocat qui parle d'une double peine, "il est déjà puni : il va être présenté autour de lui comme étant celui qui a été à l'initiative de ce mouvement. Il sera donc puni au-delà du nécessaire". Il sera jugé dans trois semaines, jour pour jour, devant le tribunal correctionnel de Grenoble.

De la colère plus que des regrets

Ce jeune avait rapidement fait machine arrière sur les réseaux sociaux, parlant d'une blague. Aujourd'hui, il ne la referait pas, mais il n'exprime pas de regrets "parce qu'on ne lui a pas laissé le temps de le faire". "Lorsqu'on vous accuse, vous êtes dans la défense, dans l'indignation parce que vous estimez que ce qu'on vous reproche n'est pas à la hauteur de ce que vous avez fait", raconte l'avocat. 

"Il est davantage dans la contestation que dans le remord et le regret" — Ronald Gallo, avocat

Cette colère, "cette réaction disproportionnée du ministre de l'Intérieur, des médias", pousse aujourd'hui l'étudiant à contre-attaquer. Sa première réaction sur laquelle il a "beaucoup" insisté, a été de dire à son avocat qu'il voulait porter plainte contre le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, "parce qu'on lui a dit que les faits pour lesquels il a été entendu n'auraient pas nécessairement justifié une mesure de comparution devant une juridiction, mais que c'est l'insistance du ministre de l'Intérieur qui a suscité cette procédure". 

Maître Ronald Gallo défend le jeune Isérois poursuivi après un appel à "la purge".  - Aucun(e)
Maître Ronald Gallo défend le jeune Isérois poursuivi après un appel à "la purge". - © AFP - Jean-Pierre Clatot

Une initiative "culottée"

Selon l'avocat, cette initiative est "culotté(e) mais en même temps : est-ce que le ministre de l'intérieur n'est pas lui aussi culotté en disant qu'il veut faire poursuivre tel ou tel jeune homme. On savait que les magistrats du parquet n'étaient pas indépendants, mais là, le ministre de l'Intérieur le dit clairement", interprète l'avocat grenoblois qui ajoute que "vouloir 'pendre' ce jeune, c'est lui nuire au-delà de ce qu'il voulait faire". Ronald Gallo n'a pas encore vérifié la qualification juridique qui pourrait justifier une telle plainte.