Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le joueur des Chamois niortais Ibrahima Conté condamné à six mois de prison ferme pour violences conjugales

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu Breizh Izel

Ibrahima Conté, défenseur des Chamois niortais et ancien lorientais, était jugé ce jeudi après-midi à Niort pour violences conjugales. Il écope d'une peine d'un an de prison dont six mois ferme.

Ibrahima Conté est arrivé aux Chamois niortais en juillet 2018
Ibrahima Conté est arrivé aux Chamois niortais en juillet 2018 © Maxppp - Benoît Felace

Un joueur des Chamois niortais a été condamné ce jeudi-après midi par le tribunal correctionnel de Niort à un an de prison dont six mois ferme. Ibrahima Conté était jugé pour violences habituelles sur sa compagne et vol de son téléphone et de ses papiers. Le joueur de 24 ans avait été interpellé à l’entraînement en juillet dernier après des soupçons de violences. Il était depuis sous contrôle judiciaire.

Des violences depuis 2018

Le président du tribunal raconte cette nuit du 10 au 11 juillet 2020. Le footballeur vient chez sa compagne, lui prend son téléphone, part avec pour lire ses messages, quand il revient il la frappe. Deux coups de poings-- lui dit un --, la jeune femme a le visage en sang. Ibrahima Conté s'enfuit. "J'ai eu peur", dit-il. "Vous n'avez pas eu peur pour elle mais pour vous", rétorque le président. 

Les enquêteurs vont dater les premières violences début 2018 quand le joueur évolue encore à Lorient. Le président montre des photos pour pousser le prévenu à s'expliquer. Le footballeur reconnait qu'il y avait des disputes, "des fois elle me poussait,  je la repoussais". Le président l'interroge : "Est-ce qu'une gifle est une violence ?". "Oui", répond le joueur. "Sûr ?", insiste le président. Ibrahima Conte redit "oui".

Une jalousie pathologique

La victime est présente mais ne souhaite pas se porter partie civile. Elle tente parfois de minimiser "je marque très longtemps aussi ", dit-elle. L'avocate du footballeur parle de sa "jalousie pathologique", de réactions " incontrôlables au moment des faits. Après les regrets et les remords sont là". Son conseil qui rappelle la difficulté à s'exprimer quand on passe pour la première fois devant un tribunal.

Car le défenseur des Chamois, en contrat jusqu'en 2023 avec le club, a un casier judiciaire vierge. Face son attitude, la procureure n'a "pas l'impression qu'il y ait de prise conscience de la gravité des faits", évoquant "un dossier typique des violences conjugales. L'emprise, les violences toujours plus graves. La victime prise dans un conflit de loyauté qui ne veut pas de conséquence sur la vie d'Ibrahima Conté, sur sa carrière. La peur est toujours dans le même camp, elle doit changer de camp".

Ibrahima Conté a aussi interdiction d’entrer en contact avec la victime, de paraître à son domicile, une obligation de travail et de soins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess