Faits divers – Justice

Le laboratoire Marette cesse son activité

Par Christophe Tourné, France Bleu Pays de Savoie jeudi 10 juillet 2014 à 8:41

Hôpital - image d'illutstration
Hôpital - image d'illutstration © Olivier Tuffé - Fotolia.com

Le laboratoire normand était à l'arrêt depuis six mois en raison d'une enquête ouverte après la mort de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry. Les poches alimentaires qu'il produisait pourraient être à l'origine de ces décès.

C'est donc un nouvel épisode dans l'affaire des trois bébés décédés fin 2013 à l'hôpital de Chambéry. Le laboratoire normand Marette, dont les poches alimentaires sont mises en cause, ferme définitivement ses portes. Cette fermeture n'est pas un aveu de culpabilité selon le directeur de l'entreprise, Jean-Luc Marette, qui avance des raisons purement économiques. Depuis le début de l'affaire, l'activité du laboratoire était suspendue pour les besoins de l'enquête, qui pour l'instant n'a abouti à aucune mise en examen.Fermé depuis janvier et pour plusieurs mois encore, "le laboratoire n'avait pas d'autre choix que de mettre la clé sous la porte", explique l'avocat des Laboratoires Marette, maître Matthieu Lemaire qui met directement en cause les propos de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Maitre Matthieu Lemaire, avocat du Laboratoire Marette

Les parents de Théo, l'une des petites victimes, sont pour l'instant les seuls à avoir saisi la Commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux. Ils ont été reçus en juin dernier. La commission a six mois pour rendre un avis sur la reconnaissance ou non de l'accident médical. En attendant, Jonathan, le père de Théo est satisfait de la fermeture du laboratoire mais déçu de n'avoir aucune nouvelle de l'instruction. Les familles attendent toujours les rapports de l'Institut Pasteur et de l'Inspection générale des Affaires Sociales.

Jonathan, papa d'un bébé décédé à l'hôpital de Chambéry

Laurent, le papa de Chloé l'une des trois victimes