Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le leader d'ETA se cachait à Saint-Nicolas-de-Véroce en Haute-Savoie

Josu Ternera, ex-leader d'ETA, a été arrêté ce jeudi matin sur le parking de l'hôpital de Sallanches (Haute-Savoie). Il a été écroué en fin de journée à la maison d'arrêt de Bonneville en attendant son transfert vers Paris. Il s'était réfugié dans un village de 250 habitants.

Un village qui a servi de refuge
Un village qui a servi de refuge - Site de la mairie

Saint-Nicolas de Véroce, Saint-Gervais-les-Bains, France

Dès la nouvelle de cette arrestation, les médias espagnols ont assailli de coups de téléphone les autorités locales. Un journaliste ibérique s'est même rendu dans le village de Saint-Nicolas-de-Véroce, la cache supposée de l'etarra, au pied du Mont-Blanc, sur le plateau de la Croix. Le journaliste espagnol a fait le tour de la commune en brandissant la photo de Josu Ternera. En vain, puisque ni l'épicerie ni le restaurant de pizzas (les deux seuls commerces) n'ont de souvenirs de l'encombrant visiteur. Les deux commerçants ont confirmé à France Bleu Pays de Savoie qu'ils n'avaient pas repéré cet homme de 68 ans, gravement malade, atteint d'un cancer selon les médias espagnols. 

Dans le village , certains auraient témoigné d'une perquisition d'une maison par des forces de police cagoulées.

Un village cul-de-sac, un refuge

Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais (Saint-Nicolas y est rattachée depuis 1973) est lui aussi tombé des nues. Il a subi toute la journée de jeudi le harcèlement des médias espagnols. "Je veux bien que l'opération soit secrète. Mais si les médias du monde entier sont au courant, c'est bien que quelqu'un les a informés. Nous, les élus, on n'est pas respectables ? C'est aberrant. Je l'ai dit au sous-préfet. Mais bon l'essentiel, c'est qu'il ait été arrêté."

Le maire n'avait donc aucune idée de la cache de Josu Ternera, ni même de son existence. Mais quand il dresse le portrait du village, on se dit que Saint-Nicolas-de-Véroce avait le profil idéal. " C'est un village de 250 habitants, un cul-de-sac. La montagne est un refuge. On ne demande pas si vous êtes venu parce que vous êtes poursuivi par la police ou si vous allez faire le Mont-Blanc."  

Le village est isolé mais pas non plus abandonné. "Des gens connus viennent aussi s'y cacher. On y trouve l'académicien Jean-Christophe Ruffin, des capitaines d'industrie qui veulent être tranquilles et donc cet individu peu recommandable".

Le maire de Sallanches a estimé au micro de France Bleu Pays de Savoie que "l'on a arrêté quelqu'un de malade, hors circuit, qui certes doit exécuter ses peines, mais n'était pas un individu prêt à semer la mort."

L'élu de Saint-Gervais est moins compréhensif. Pour Jean-Marc Peillex, "même si les faits sont anciens, il doit purger sa peine, il a du sang sur les mains, ça ne ramènera pas les enfants qui sont morts à cause des actes de fous qui veulent imposer leur dictature. C'est la fin d'une cavale." 

Ternera écroué à Bonneville

L'arrestation s'est déroulée sans violence sur le parking de l'hôpital de Sallanches. 

► Après avoir été placé en garde-à-vue à la brigade de gendarmerie de Sallanches, Josu Ternera a été examiné par un médecin pour voir si son état était compatible. Puis l'interrogatoire a repris. En fin de journée, le procureur de Bonneville lui a notifié son mandat d'arrêt ( pour une peine infligée en 2017 en son absence à 8 ans de prison par le tribunal de Paris).

"La comparution s'est déroulée dans de très bonnes conditions" selon Patrice Guiguon le procureur de la République de Bonneville.

Le procureur n'a pas voulu donner de renseignements sur la personne qui accompagnait Ternera à l'hôpital et qui a été arrêtée. "Les investigations se poursuivent autour des soutiens dont Ternera aurait bénéficiés." 

Patrice Guiguon n'a pas non plus indiqué depuis quand le militant indépendantiste se cachait en Haute Savoie. 

Après être passé devant le juge de la détention et de la liberté, Josu Ternera a été écroué en fin d'après-midi à la maison d'arrêt de Bonneville, en attendant son transfert pour Paris.