Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Beaune mis en examen pour détournement de fonds publics et blanchiment

mercredi 5 décembre 2018 à 23:22 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne et France Bleu

C'est l'une des principales personnalités politiques de Côte-d'Or à laquelle s'intéresse la justice. L'ancien député LR, et maire de Beaune, Alain Suguenot, est mis en examen avec plusieurs proches dans une affaire de détournement de fonds publics.

A la mairie de Beaune, Alain Suguenot reste soutenu par sa majorité. Un conseil municipal se tiendra le 17 décembre
A la mairie de Beaune, Alain Suguenot reste soutenu par sa majorité. Un conseil municipal se tiendra le 17 décembre © Radio France - Jacky Page

Beaune, France

Alain Suguenot a été mis en examen mercredi soir pour détournement de fonds publics par dépositaire de l'autorité publique, et blanchiment. Maire de Beaune depuis 1995, il avait été placé en garde à vue mardi pour des faits qui remontent à l'époque où il était député de la 5e circonscription de la Côte-d'Or. On le soupçonne d'avoir détourné des indemnités parlementaires au profit de son entourage familial.

Des indices graves et concordants

Le magistrat instructeur a considéré en effet qu'il existait des indices graves et concordants à l'encontre d'Alain Suguenot. Il aurait perçu des indemnités de représentation et des indemnités destinées à rémunérer des attachés parlementaires, qu'il aurait détourné et utilisé à des fins personnelles, notamment en en faisant profiter son entourage familial. Par des montages financiers complexes, il aurait cherché à dissimuler l'origine des fonds détournés, d'où la mise en examen pour blanchiment. Son épouse et sa fille sont quant à elles mises en examen pour recels habituels de détournements de fonds publics et blanchiment. Les trois mis en cause contestent totalement les faits qui leur sont reprochés. 

Sous contrôle judiciaire

Le maire de Beaune, son épouse et sa fille ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils ont l'interdiction de se rendre à l'Assemblée nationale, et de contacter les anciens attachés parlementaires d'Alain Suguenot. Ce dernier doit par ailleurs verser une caution de 250.000 euros dans un délai de deux mois. Les gardes à vue de deux autres personnes ont été levées sans mise en examen. L'enquête est confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Dijon, sous l’autorité du magistrat instructeur.

Dans un communiqué, Alain Suguenot dénonce la calomnie et le mensonge dont lui et les siens feraient l'objet. Il rappelle que l'an dernier, après un article du Canard enchaîné, il avait déjà expliqué que son épouse et sa fille travaillaient bien dans sa circonscription et à l'Assemblée nationale avec son troisième assistant. Il a immédiatement contesté cette mise en examen.

Le communiqué d’Alain Suguenot

Dans la soirée ce 5 décembre, Alain Suguenot a publié le communiqué suivant :

« Il y a 18 mois, j’ai choisi de me consacrer à ma ville et à notre agglomération, et de ne pas me représenter à un nouveau mandat parlementaire.    Pour être bien certains que je ne me représenterai pas à l’époque, des esprits bien intentionnés n’ont pas hésité à pratiquer, d’une manière bien sûr anonyme, la calomnie et le mensonge, le Canard enchaîné s’en était fait à l’époque l’écho.   J’avais aussitôt expliqué que mon épouse et ma fille travaillaient bien au service de tous, tant dans ma circonscription, qu’à l’Assemblée Nationale avec mon troisième assistant.   Comme les plats réchauffés quelquefois se mangent froids, 18 mois après la fin de ce mandat, à un moment particulier de notre vie politique, cette affaire ressurgit comme par enchantement.   Une mise en examen, dont il est fait immédiatement appel, qui me renforce à défendre l’honneur de ma famille, ma volonté d’action et l’image de notre territoire.   Hélas la durée des procédures ne me permettra sans doute pas de défendre mon honneur avant une échéance prochaine, ce que je regrette ... ayant foi dans la justice de notre pays et dans sa capacité à faire éclater la vérité.   Merci aux centaines de témoignages de soutien que j’ai reçus dans ces moments que j’ai bien évidemment mal vécus.

L’amitié et la fidélité sont des valeurs qui calment souvent de bien grands maux.   Alain SUGUENOT »