Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Brest François Cuillandre mis en examen à cinq mois des municipales

Le maire de Brest est mis en examen, après avoir été auditionné 7h par une juge d'instruction, ce jeudi. Un dossier lié à l'affaire de l'association "Vivre à Brest", qui collectait et redistribuait des indemnités des élus de la majorité socialiste brestoise.

Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen ce jeudi
Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen ce jeudi © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen, ce jeudi. Nouveau rebondissement dans l'affaire de l'association "Vivre à Brest". Il a été entendu pendant sept heures par la juge d'instruction en charge du dossier. 

4.000 euros au cœur du litige

Il semble que le maire de Brest a emprunté, en 2012, 46 000 euros à l'association Vivre à Brest. Il affirme dans un communiqué qu'il a fourni des justifications qui ont convaincu la juge pour 90% de cette somme sur laquelle elle demandait des explications. Mais il semble qu'il ait du mal à justifier 4.000 euros de "flux financiers". La mairie précise que "cette somme a été consignée voici plusieurs mois par François Cuillandre dès qu’il a eu connaissance des éventuelles difficultés juridiques posées".

François Cuillandre indique qu'il va faire appel. Il dénonce notamment une faille juridique concernant les modalités de sa garde à vue en avril dernier. Cette mise en examen rebat les cartes à cinq mois des élections municipales et pose la question du maintien de sa candidature.

Affaire des indemnités de la majorité

L'association Vivre à Brest était par ailleurs le pivot d'un système de redistributions des indemnités des adjoints de la majorité socialiste : elles étaient mises en commun avant d'être réparties auprès de ceux ayant les plus faibles revenus. François Cuillandre affirme qu'il a arrêté de prendre part au dispositif dès son élection en tant que maire. Il avait apporté en tant qu'adjoint _"près de 100.000 euros d'indemnités qu’il n’a donc pas perçues_, entre 1989 et 2001 à ce dispositif de mutualisation solidaire", précise le communiqué. 

Le maire s'était précédemment désolidarisé d'Alain Masson, le premier vice-président de la métropole, avait reconnu avoir touché plus de 3.000 euros non déclarés par mois et avait démissionné en novembre 2018, de même que le trésorier de l'association Vivre à Brest, Jean-Luc Polard.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu