Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Firminy, poursuivi pour agression sexuelle, fixé sur son sort ce jeudi

mercredi 13 février 2019 à 19:05 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

C'est ce jeudi 14 février que le tribunal correctionnel de Saint-Etienne doit rendre son jugement dans l'affaire Marc Petit. Le maire de Firminy est accusé d'agression sexuelle par une employée du conseil départemental du Puy-de-Dôme.

Marc Petit et son avocat Me André Buffard au second plan
Marc Petit et son avocat Me André Buffard au second plan © Maxppp - Frédéric CHAMBERT

Firminy, France

Marc Petit sera fixé sur son sort ce jeudi 14 février. Le maire de Firminy est accusé d'agression sexuelle par une employée du conseil départemental du Puy-de-Dôme. Cette dernière dit avoir été agressée par l'élu le 17 juillet 2016 à Istanbul, alors qu'une délégation de la ville de Firminy soutenait la candidature du site Le Corbusier à l’Unesco.

Un homme "manipulateur, narcissique, immature"

Le maire de Firminy a répondu de ces faits le 24 janvier dernier au tribunal correctionnel de Saint-Etienne. L'audience a duré plus de sept heures pendant lesquelles le tribunal a mis en avant les contradictions de Marc Petit et surtout le rapport accablant des psychologues.

Ce rapport décrit un "manipulateur, narcissique, immature, sans empathie et dissimulateur d'informations." Marc Petit a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.

Un an de prison avec sursis requis

Le procureur de la République de Saint-Etienne a requis douze mois d'emprisonnement avec sursis, 2.000 euros d'amende et un stage de lutte contre le sexisme. Le jugement est rendu ce jeudi 14 février.