Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le maire de Firminy veut se pourvoir en cassation après sa condamnation pour agression sexuelle

Marc Petit annonce ce mardi dans un communiqué son intention de se pourvoir en cassation après sa condamnation en appel à six mois de prison avec sursis pour agression sexuelle.

Marc Petit réaffirme son innocence dans un communiqué.
Marc Petit réaffirme son innocence dans un communiqué. © Maxppp - Yves Salvat

Firminy, France

Le maire de Firminy se dit abasourdi. Dans un communiqué publié ce mardi, Marc Petit explique qu'il était "persuadé" qu'il serait "totalement relaxé" par la cour d'appel de Lyon, qui l'a condamné lundi à six mois de prison avec sursis pour l'agression sexuelle d'une employée du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, en juillet 2016 en Turquie. 

Il avait fait appel contre l'avis de son avocat

Dans son communiqué, Marc Petit explique qu'il comptait pour sa relaxe sur deux courriers qui, écrit-t-il, l'"innocentent totalement". Le maire de Firminy raconte aussi qu'il a fait appel de sa première condamnation à un mois de prison avec sursis contre l'avis de son avocat, qui l'avait prévenu du risque de peine alourdie.

Le maire appelou dénonce également dans le communiqué "le contexte national" qui selon lui impose à l'accusé de fournir des preuves. Ce qu'il estime avoir fait . "Depuis le début je dénonce avec mon avocat une enquête à charge contre moi", poursuit Marc Petit

"Je suis INNOCENT", écrit-il en lettres capitales et en réaffirmant qu'il va "se battre jusqu'au bout pour le prouver", d'où sa décision de se pourvoir en cassation.

Manœuvre électoraliste pour l'avocate de la plaignante

Maître Paccard l'avocate de la plaignante dénonce une "manœuvre électoraliste".

"Il n'y a aucune irrégularité dans la procédure, le maire cherche à gagner du temps avant les municipales" assure Me Paccard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu