Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de la Seyne-sur-Mer demande un couvre-feu pour les mineurs après un double homicide dans la cité Berthe

lundi 10 septembre 2018 à 18:34 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu

Marc Vuillemot, qui réclame depuis des mois des renforts de police est "fou de rage" après la mort de deux adolescents dans la cité Berthe. Il demande un couvre-feu pour les mineurs.

Deux adolescents de 14 et 19 ont été criblés de balle dans la cité berthe
Deux adolescents de 14 et 19 ont été criblés de balle dans la cité berthe © Maxppp - ERIC ESTRADE

Un adolescent de 14 ans, un ancien footballeur de l'AS Saint-Etienne de 19 ans, criblés de balles au pied d'un immeuble de la cité Berthe vers 0h30, cette nouvelle scène de violence est insupportable pour le maire socialiste de la Seyne-sur-Mer. Voilà des mois qu'il écrit au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb pour lui réclamer des renforts de police. Des demandes restées lettres mortes.

"Fou de rage"

"J'ai demandé à nos services de préparer un arrêté municipal instaurant provisoirement un couvre-feu pour les mineurs. Je demande aux familles de veiller à ce que leurs enfants ne soient pas dans la rue pendant la nuit. Il conviendra que la police nationale mette en oeuvre les moyens de l'application de cet arrêté" a déclaré Marc Vuillemot. Le maire s'est dit "fou de rage". Il demande aussi un renforcement de la vidéo-protection.

Ce ne serait pas la première fois qu'un tel arrêté serait appliqué dans une commune. Un arrêté qui vise les mineurs, interdits de circuler dans certains quartiers au-delà d'une certaine heure. Mais ce type de disposition est souvent décrié, jugé liberticide et difficilement applicable par les forces de l'ordre.

"Ils sont en danger de mort" (Robert, habitant du 14e arrondissement de Marseille)

Pourtant les habitants n'y sont pas toujours hostiles. Sandrine, mère de famille de la Seyne-sur-Mer : "J'ai entendu les coups de feu, les cris qui ont suivi, c'est quand même dramatique, deux enfants sont morts, mon fils de 17 ans a interdiction de traverser la cité la nuit".

Robert habite Marseille, il a perdu son fils de 16 ans, "assassiné un soir à 23 heures de plusieurs coups de couteau" dans les quartiers nord de Marseille : "Bien sûr que ça peut éviter ce type de drame, ça peut canaliser leur fougue, ils sont en danger de mort et on ne s'en rend pas forcément compte".

Des dispositifs inefficaces ?

Reste qu'à de nombreuses reprises ces arrêtés ont été contestés en justice, jugés anticonstitutionnels. Selon le sociologue spécialiste de la délinquance Sébastian Roché, "nulle part où ils ont été instaurés, notamment aux Etats-Unis, nous n'avons eu de preuves de leur efficacité. Un adolescent qui veut échapper à ses parents pour sortir saura échapper aussi aux policiers".