Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le maire de Lormont attend la loi pour mieux lutter contre les rodéos sauvages

mercredi 6 juin 2018 à 19:25 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Alors que les députés doivent voter ce jeudi, une nouvelle loi pour renforcer la répression des rodéos sauvages, le maire de Lormont Jean Touzeau réclame des sanctions exemplaires face à l'exaspération de ses administrés.

Jean Touzeau le maire de Lormont
Jean Touzeau le maire de Lormont © Radio France - Stéphanie Brossard

L'assemblée nationale va examiner ce jeudi la proposition de loi présentée par la députée LREM des Yvelines Natalia Pouzyreff. Elle propose de rendre le rodéo sauvage passible d'un an d’emprisonnement, pour mettre fin au sentiment d’impunité.

C'est aussi ce que voudrait Jean Touzeau le maire de Lormont. Il avait écrit, en ce sens, la semaine dernière, au premier ministre Edouard Philippe, comme d'autres collègues en France, réclamant justement, un durcissement de la loi, "à la hauteur du danger pour la sécurité de ses habitants, et à la hauteur des dommages engendrés parfois pour le mobilier urbain". 

Sans donner de chiffres précis, Jean Touzeau dénonce un phénomène qui s'accentue et qui pollue la vie de ses administrés (le bruit des moteurs, la peur que les quads et motos dans leur course de vitesse et de roue arrière, renverse quelqu'un, et le sentiment que police et justice ne font rien). "Parce qu'ils n'ont pas les outils" selon le maire de Lormont, rappelant qu'une fillette de 12 ans a été percutée et blessée récemment par une moto. 

La police fait état  de "plusieurs dizaines de personnes" qui se livrent à ce genre de pratiques sur les de la rive droite , "jusqu'à 15 pilotes de quads et de deux roues en même temps", mais refuse pour autant de parler de recrudescence du phénomène . Pour le commissaire Gilles Bernard, à la tête de la division des Hauts-de-Garonne, qui regroupe Lormont et cinq autres villes du secteur, " ce qui est nouveau, c'est l'utilisation des réseaux sociaux comme caisse de résonance , avec des images qui se veulent toujours plus spectaculaires pour drainer un plus grand nombre d'adeptes". 

Pouvoir saisir quads et deux roues en cause

Certains policiers, à l'image du maire de Lormont, voudraient donc, que ce soit reconnu comme un délit, et que les sanctions soient vraiment dissuasives. C'est ce que pense aussi le commissaire Bernard . "Nous dressons pour l'instant des contraventions, ou les poursuivons pour refus d'obtempérer, mais l'arsenal actuel ne nous permet que très rarement de confisquer l'objet du délit, en l'occurrence la moto ou le quad. Alors, en effet, si on crée des délits qui nous permettent de saisir ces engins, notre travail en sera facilité.

D'autres fonctionnaires estiment que ça ne servirait à rien. Confisquer les véhicules ? Ils sont souvent volés, répondent-ils. Des sanctions financières ? Les contrevenants sont souvent non solvables, d'autant qu'il faut pouvoir les interpelller. Il n'y a pas assez de policiers sur la rive droite de Bordeaux selon le syndicat Unité SGP FO. Mieux vaudrait renforcer les effectifs, pour mieux quadriller et prévenir.